Les Éclaireurs - La contestation, l'insecte et la machine...

LES ECLAIREURS

© © Tous droits réservés

24 avr. 2018 à 09:20 - mise à jour 24 avr. 2018 à 09:20Temps de lecture6 min
Par Christine Bordet

Fabienne Vande Meerssche reçoit dans les Éclaireurs : Justine Courtois, chercheure au CRIG (Centre de Recherche des Instituts Groupés à HELMo) et doctorante en sciences biomédicales et pharmaceutiques dans le Service de Chimie Clinique au CHU de LiègeBruno Dumas, professeur d'informatique, affilié au Centre de recherche NADI de l’Université de Namur et Andrea Rea, professeur de sociologie et Doyen de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales à l’Université libre de Bruxelles.   

Justine Courtois

Justine Courtois

Justine Courtois est chercheure au CRIG (Centre de Recherche des Instituts Groupés à HELMo) où , elle a d'abord travaillé à la finalisation du projet " ALERBLOT ", avant de s'engager, comme chercheure dans le projet "ENTOMODOT". Ces deux projets FIRST HAUTE ECOLE, financés par la Région Wallonne sont portés par l'unité Biotechnologie de la Haute Ecole HELMo. Une collaboration académique avec le Service de Chimie Clinique au CHU permet de bénéficier des échantillons et de tout l'équipement nécessaire.  

Le projet Alerblot consistait à répondre à une demande de nombreux allergologues belges désireux d'établir un diagnostic précis des patients de plus en plus nombreux souffrant d'allergies alimentaires au blé. 

Le projet ENTOMODOT a pour but de déterminer les risques d'allergie alimentaire liés aux insectes comestibles et de déterminer les allergènes moléculaires en cause encore mal connus. Ce projet s'inscrit dans cette problématique et a pour objectif le développement de nouveaux outils de diagnostic ayant pour cible l'allergie aux insectes et ce, avant leur introduction courante dans notre alimentation en Europe. En effet, depuis des millénaires, les insectes sont de précieuses sources de protéines mais aussi de lipides, vitamines et minéraux. L'entomophagie est pratique courante dans une grande partie du monde (Asie, Mexique, Brésil, Congo, Australie). D'autres régions comme l'Europe, jusqu'ici moins concernées par ce phénomène, voient aujourd'hui leurs denrées alimentaires évoluer vers l'utilisation de protéines issues d'insectes car l'élevage d'insectes est moins énergivore et plus écologique que l'élevage de bétail. Ce sujet porteur et d'actualité est principalement centré sur les risques allergologiques.

Afin de délimiter correctement la population à risque et de cibler des protéines cliniquement pertinentes, il est important de développer les outils adéquats. Cela nécessite d'étudier les syndromes d'allergies croisées (avec crustacés ou acariens) incriminant, à priori, l'arginine kinase, la tropomyosine et la chitine. De plus, des protéines encore non identifiées pourraient être mises en évidence grâce au Western blot 2D suivi de la spectrométrie de masse. Les outils développés permettront d'établir la prévalence d'allergies dans la population ainsi que les risques encourus de développer une réaction croisée en cas d'allergies aux acariens et/ou aux crustacés (allergies dont la prévalence est élevée dans la population). Ils permettront également d'anticiper le dépistage des allergènes d'insectes dans des aliments et de préparer un étiquetage en conformité.

Justine Courtois a également enseigné l'immunologie, l'hématologie et la chimie clinique pendant un quadrimestre à la Haute Ecole HELMo (Liège).

Depuis peu, tout en poursuivant son projet au CRIG, Justine Courtois est doctorante en sciences biomédicales et pharmaceutiques dans le Service de Chimie Clinique au CHU de Liège. Elle y poursuit sa thèse sur le projet " ENTOMODOT ".

.

À la croisée de l'enseignement et de la recherche appliquée, la Haute Ecole HELMo innove en publiant, avec Edipro, " Edith " le premier " Mook  ", co-écrit par pas moins de 90 enseignants, chercheurs et étudiants de l'enseignement supérieur, soucieux de partager leurs projets, leurs recherches, leurs expériences et questionnements.

.
. © Tous droits réservés

Bruno Dumas

Bruno Dumas

Bruno Dumas est professeur d'informatique, affilié au Centre de recherche NADI (Namur Digital Institute) de l’Université de Namur.

Après une thèse à l'Université de Fribourg, en Suisse, où il a passé son doctorat, Bruno Dumas a travaillé quatre ans comme chercheur post doc à la VUB, avant d’être engagé comme chargé de cours à l’Université de Namur.

Le sujet de la thèse de Bruno Dumas portait sur les interfaces multimodales. Il s’agit d’interfaces homme-machine utilisant plusieurs modalités d’interaction en parallèle, comme par exemple le geste et la parole. L’intérêt de ces interfaces est leur côté très naturel pour l’utilisateur, et la possibilité d’exploiter les " forces " de chaque modalité en complémentarité.

Les interfaces multimodales sont complexes à mettre en place d’un point de vue informatique, car elles exploitent des modalités qui sont déjà complexes de base ; la complexité augmente encore lorsque l’on prend en compte les complémentarités potentielles des modalités entre ellesCréer de telles interfaces représente donc un challenge élevé.   

Le domaine de recherche de Bruno Dumas s’inscrit dans le domaine de l’interaction homme-machine, c’est-à-dire la manière dont les utilisateurs interagissent avec leurs ordinateurs, GSM, ou autre objet électronique. Le domaine est très large et porte autant sur le côté informatique (création/implémentation), ergonomique (disposition optimale de l’information sur un site web) que psychologique.

Pour lire l'article du Daily Science : "GÉNIAL! NOS OBJETS SONT CONNECTÉS!", cliquez ICI.

En parallèle, Bruno Dumas travaille sur plusieurs projets qui cherchent à exploiter les forces de l’interaction multimodale (c’est-à-dire utilisant une série de modalités d’interactions, comme le geste ou la parole) en complément d’autres méthodes d'interaction dans des domaines d’application divers: interfaces tangibles dans le cadre de création d’outils d’enseignement, interfaces adaptatives pour des systèmes d’information en cas de catastrophe, interfaces ambiantes dans le cadre d’un projet sur les villes intelligentes financé par l’EU et la Région Wallonne

Andrea Rea

Andrea Rea

Andrea Rea est professeur de sociologie et Doyen de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales à l’Université libre de Bruxelles. Il est le fondateur du GERME (Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Egalité.) 

Ses intérêts de recherche portent sur les migrations, les politiques de contrôles migratoires, les politiques européennes de l’asile et de l’immigration, l’intégration des immigrés, la participation politique des descendants de migrants.

Les défis contemporains de l'immigration et de l'asile

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

1968-2018, 50 ans de contestations

Andrea Rea participe également à des projets de vulgarisation des savoirs scientifiques notamment avec le Soir. (Carnets d’identité.)

Actuellement il coordonne avec Nathalie Gobbe de l'ULB le projet "1968-2018, 50 ans de contestations".

 

1968-2018 - 50 ans de contestations

L’après-68 : de la contestation à la violence

L’après-68 : de la contestation à la violence (suite)

La guerre du Vietnam a généré de nouveaux mouvements culturels

Loading...

Andrea Rea a obtenu son titre de docteur en sciences sociales pour un thèse intitulée " Immigration, Etat et citoyenneté. La politique d’immigration de la Belgique ". Il enseigne la sociologie, la sociologie des migrations et la sociologie de l’action publique.

Avant d’entamer sa carrière académique, Andrea Rea a travaillé pour des associations immigrées et des associations syndicales. 

Andrea Rea est l’auteur et le co-éditeur de plusieurs ouvrages parmi les plus récents : Sociologie de l’immigration, avec Maryse Tripier, (La Découverte, 2008), Nouvelles migrations et nouveaux migrants en Belgique, avec Marco Martiniello, Chris Timmerman, Johan Wets (Academia Press, 2010), The Others in Europe, avec Saskia Bonjour et Dirk Jacobs, (Presses de l’Université de Bruxelles, 2011) New Dynamics in Female Migration and Integration, Marco Martiniello, Chris Timmerman, Johan Wets, (Routledge, 2014), Long and Winding Road to Employment. The migratory carrers of refugees in Belgium, avec Johan Wets (Academia Press, 2015), Politiques antidiscriminatoires, avec Julie Ringelheim et Ginette Herman, (De Boeck, 2015).

Il est également auteur de nombreux articles dans des revues internationales.

Contrôler les indésirables à la frontière-réseau, A. Rea

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Alternative Limb Project

Andrea Rea est impliqué dans des projets de art-sciences avec l’organisation d’une Exposition Coding Decoding the Borders et The Art of Difference (Bozar en juin prochain). (Photo)

 

Articles recommandés pour vous