Diables Rouges

Les Diables rouges adoptent le brassard 'OneLove' et lancent un message contre les discriminations au Qatar

Kevin De Bruyne avec le brassard de capitaine au bras lors du dernier pays de Galles – Belgique

© © Tous droits réservés

Alors que la question du boycott du Mondial 2022 au Qatar est revenue sur la table ces dernières semaines, l’Union Belge de Football a décidé de faire un premier pas pour dénoncer les discriminations en tout genre dans l’Emirat. Au même titre que neuf autres nations européennes, notre équipe nationale demandera à son capitaine de porter un brassard 'OneLove' pour lancer un message clair pour promouvoir l’inclusion.

La 'Belgian FA', notre fédération, n’a pas encore communiqué sur le sujet mais les Anglais se sont chargés de dévoiler la nouvelle sur le site internet de leur fédération et sur les réseaux sociaux.

"L’Angleterre joindra ses forces avec les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark, la France, l’Allemagne, la Norvège, la Suède, la Suisse et le Pays de Galles dans cette campagne contre la discrimination", peut-on lire sur le site de la FA.

Loading...

Le capitaine anglais Harry Kane portera ce brassard particulier dès son match contre l’Italie vendredi et prolongera l’initiative. "Les huit nations (parmi les 10) qui sont qualifiées pour la Coupe du monde vont arborer le brassard 'OneLove' pendant les matches de cet hiver au Qatar", précisent encore les Anglais, solidaires avec cette idée venue des Pays-Bas.

La Belgique ne devrait donc pas tarder à communiquer sur le sujet. Mardi soir dans notre émission QR l’Actu, le porte-parole de l’Union belge Pierre Cornez avait d’ailleurs fait savoir qu’il "y aurait bien une action de soutien" et avait assuré que la Belgique voulait "utiliser le pouvoir du football pour essayer de changer les choses au Qatar."

Une phrase qui a d’ailleurs été reprise dans le communiqué de la fédération anglaise. Preuve que sur la question, toutes les nations engagées dans cette initiative sont bien sur la même longueur d’onde.

QR l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Qatar 2022 : des réformes de façade et des "abus systémiques"

Déclic

Articles recommandés pour vous