RTBFPasser au contenu

UEFA EURO

Les Diables à l'Euro: 2000, cruelle désillusion à domicile

Les Diables à l'Euro: 2000, cruelle désillusion à domicile
09 juin 2016 à 06:005 min
Par Sylvain Rouquet

Cela faisait 16 ans que ce n'était plus arrivé et il a fallu que la Belgique l'organise pour que cela se concrétise: Les Diables Rouges participent à la phase finale d'un Euro, qui se déroule pour l'occasion, sur leurs terres et aux Pays-Bas. Pas de qualification donc pour l'équipe belge mais une série de matches amicaux, dont les résultats sont tantôt excellents (victoire contre l'Italie, match nul emballant 5-5 contre les Pays-Bas), tantôt inquiétants (match nul contre le Luxembourg, Kirin Cup déprimante, défaite contre la Finlande).

Cette campagne de matches amicaux a par ailleurs coûté la tête à Georges Leekens, qui est démis le 20 août 1999 avec le terrible bilan d'une seule victoire (contre Chypre...) depuis la Coupe du Monde 1998, pour 3 partages et 7 défaites.
Robert Waseige prend la tête des Diables et se présente à l'Euro 2000 avec un groupe qui a retrouvé la confiance.

Les 22 sélectionnés par Robert Waseige pour l'Euro 2000

Gardiens: De Wilde, De Vlieger, Herpoel
Défenseurs: Deflandre, Valgaeren, Staelens, Peeters, Léonard, Van Meir, Hendrickx
Milieux: Clement, Vanderhaeghe, Wilmots, Goor, Walem, Van Kerckhoven
Attaquants: Mpenza, Strupar, Verheyen, Nilis, De Bilde, Mpenza

Des débuts encourageants

A tout seigneur, tout honneur: le 10 juin 2000, la Belgique ouvre l'Euro 2000, son Euro, qu'elle organise conjointement avec les Pays-Bas. Pour ce premier match de la compétition, les Diables affrontent la Suède. Le début du match est clairement à l'avantage des Suédois. Le trident Andersson (Kenneth, Patrick et Daniel) se crée les premières grosses occasions dans les 15 premières minutes. Les Belges réagissent par Mpenza, Verheyen et Strupar.

Le marquoir se déverrouille après 43 minutes de jeu. Bart Goor, grâce à un contre favorable, déboule sur l'aile gauche et gagne son duel face au gardien suédois, Hedman. Le stade explose, les Diables rejoignent le vestiaire avec un but d'avance. Les joueurs de Robert Waseige ne tardent pas à doubler leur avance au retour sur le terrain. Emile Mpenza - un peu aidé par son épaule - contrôle un ballon et décoche une frappe surpuissante qui va se loger dans les filets scandinaves. Le trou est fait et l'on pense que la Belgique va connaitre une fin de match tranquille. C'est tout le contraire car Filip De Wilde remet les Suédois sur les bons rails bien malgré lui. Sur une passe en retrait anodine, le gardien anderlechtois marche sur le ballon. Johan Mjällby, resté à l'affût, n'en demande pas tant et subtilise le ballon pour marquer dans le but belge, désespérément vide.

La Suède reprend espoir et il faut un grand De Wilde pour stopper les essais de Ljunberg. La Belgique tient et la tâche des Diables est facilitée à la 81ème minute lorsque Patrick Andersson est exclu pour une faute sur Goor.

La Belgique remporte son premier match de la compétition et se positionne au mieux pour la suite de l'Euro.

 

Belgique-Suède (2-1), 10 juin 2000
Stade Roi Baudouin, Bruxelles
Affluence: 46700
Euro 2000

Buts Belgique: Goor (43'), Mpenza (46')
But Suède: Mjällby (52')
Carte rouge: Andersson (81')

Belgique: De Wilde, Deflandre, Staelens, Valgaeren, Léonard (Van Kerckhoven, 72'), Verheyen (Peeters, 88'), Wilmots, Vanderhaeghe, Goor, Strupar (Nilis, 69'), Mpenza
Sélectionneur Belgique: Robert Waseige

Suède: Hedman, Nilsson (Lucic, 46'), Andersson, Björklund, Mjällby, Mellberg, Alexandersson, Andersson (Osmanovski, 70'), Ljunberg, Andersson, Pettersson (Larsson, 50')
Sélectionneur Suède: Lars Lagerback

Le réalisme italien

Les deux équipes victorieuses au premier match (l'Italie et la Belgique) s'affrontent pour un match qui peut déjà être synonyme de qualification. Les Italiens sont clairement favoris vu leur histoire et la richesse de leur noyau mais les Belges ont des arguments à faire valoir, dont l'avantage psychologique. Les deux équipes s'étaient effectivement rencontrées quelques mois avant et les Diables s'étaient imposés 1-3 en terres italiennes.

Dino Zoff, le sélectionneur italien, joue avec une défense à trois (Maldini, Cannavaro et Nesta, excusez du peu), deux latéraux offensifs chargés de cadenasser les ailes en position défensive (le célèbre Catenaccio) et repose son attaque sur le duo Totti-Inzaghi.

L'Italie prend très rapidement les commandes, grâce à un but de Francesco Totti, suite à un coup franc d'Albertini. On joue seulement depuis six minutes mais le plus dur est fait pour les Transalpins. Le cadenas est fermé, Toldo est infranchissable et quand le gardien n'est pas sur la trajectoire, c'est la barre qui sauve l'Italie, comme sur un tir de Wilmots. Forcément, à force de pousser, les Diables laissent des espaces et Stefano Fiore en profite en deuxième période. En contre, le joueur d'Udinese fait 0-2. Le match est plié et l'Italie est qualifiée.

 

Belgique-Italie (0-2), 14 juin 2000
Stade Roi Baudouin, Bruxelles
Affluence: 44500
Euro 2000

Buts Italie: Totti (6'), Fiore (66')

Belgique: De Wilde, Deflandre, Valgaeren, Staelens, Vanderhaeghe, Wilmots, Goor, Mpenza, Strupar (Nilis, 57'), Van Kerckhoven (Hendrickx, 44'), Verheyen (Mpenza, 66')
Sélectionneur Belgique: Robert Waseige

Italie: Toldo, Albertini, Cannavaro, Conte, Fiore (Ambrosini, 83'), Inzaghi (Delvecchio, 77'), Iuliano, Maldini, Nesta, Totti (Del Piero, 63'), Zambrotta
Sélectionneur Italie: Dino Zoff

La désillusion

Les Diables commencent à connaitre la musique. Après 1980 et 1984, le dernier match de poule est une finale pour la qualification. Pour participer aux 1/4 de finale, l'équipe de Belgique doit se défaire de la Turquie, qui ne possède qu'un point, après une défaite inaugurale contre l'Italie et un match nul contre la Suède. Un partage pourrait même être suffisant pour les Diables.

Pour ce match, Robert Waseige reconduit sensiblement la même équipe que contre l'Italie. Il choisit simplement de titulariser Luc Nilis à la place de Branko Strupar. Les Belges débutent pied au plancher et se créent rapidement plusieurs occasions via Goor, Nilis et Mpenza. Intelligemment, la Turquie fait le gros dos et remonte d'un cran lorsque l'orage est passé. Les échanges s'équilibrent et les premières tentatives turques arrivent des pieds d'Hassan Sukur et Arif.

En toute fin de première période, la Turquie prend l'avantage sur un but gag. Sur un ballon en cloche, Filip De Wilde juge mal la trajectoire. Lorsqu'il s'élance dans les airs pour cueillir le ballon avec ses mains, Hakan Sukur déboule et monte plus haut que le gardien belge. Il place sa tête devant les bras de De Wilde et ouvre le score. La surprise est générale dans le stade. Les Diables doivent maintenant marquer pour se qualifier.

L'équipe belge montre sa volonté dès le retour des vestiaires. A nouveau, elle fait le siège des buts de Rustu. A nouveau, sans résultat. Les Turcs jouent le contre et à la 70ème minute, sur un centre en retrait de Suat Kaya, parti à la limite du hors-jeu, Hakan Sukur double la mise.

Et les Belges vont boire le calice jusqu'à la lie à la 84ème minute lorsque Filip De Wilde est exclu pour une faute sur Arif. Deux boulettes et une carte rouge, l'Euro du gardien d'Anderlecht est désastreux. A 10, les Diables ne peuvent légitimement plus revenir. Les trois changements belges effectués, c'est Eric Deflandre qui prend les gants et se place entre les poteaux.

La Belgique perd le match à ne pas perdre et est sortie au premier tour de son Euro. C'est une triste première historique: Dans ce format de compétition, jamais un organisateur ne s'était fait sortir en phase de groupe.

 

Belgique-Turquie (0-2), 19 juin 2000
Stade Roi Baudouin, Bruxelles
Affluence: 43000
Euro 2000

Buts Turquie: Sukur (45+2', 70')
Carte rouge: De Wilde (84')

Belgique: De Wilde, Deflandre, Valgaeren, Staelens, Vanderhaeghe, Wilmots, Goor (Hendrickx, 59'), Mpenza, Verheyen (Strupar, 63'), Nilis (De Bilde, 77'), Van Kerckhoven
Sélectionneur Belgique: Robert Waseige

Turquie: Rustu, Ogun, Fatih, Alpay, Arif (Osman, 87'), Buruk (Ergun, 77'), Tugay (Tayfur, 37'), Sukur, Korkut, Kaya, Ercan
Sélectionneur Turquie: Mustafa Denizli

Articles recommandés pour vous