RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Les derniers occupants doivent libérer l’église du Béguinage d’ici lundi

Le juge de paix a décidé le 10 février dernier d’accéder à la demande de la fabrique de l’église du Béguinage et de sonner le glas de l’occupation de sans-papiers, qui ont jusqu’au lundi 28 février à 17h00 pour libérer les lieux, ont annoncé mercredi les membres du projet "La Maison de la compassion". Un huissier en avisera prochainement les occupants.

Des dégâts liés à l’occupation sont à réparer dans l’église. Des câbles électriques ont notamment été abîmés lors de conflits. L’électricité a été coupée pour éviter un incident.

L’occupation a été initiée en janvier 2021 par l’Union des sans-papiers pour la régularisation (USPR). L’église a constitué entre fin mai et fin juillet le centre névralgique de la grève de la faim de plus de 400 personnes, qui réclamaient l’établissement de critères de régularisation pour les migrants économiques présents depuis de longues années sur le territoire. La plupart des occupants sont partis en novembre et en décembre. Début 2022, le groupe s’était réduit à quelques dizaines de personnes. Une solution de relogement a été trouvée en janvier pour eux dans un immeuble vide du centre de Bruxelles.

"Nous comprenons qu’il est extrêmement difficile pour beaucoup de repartir les mains vides après le 'non-respect' des accords passés avec le secrétaire d’État", a déclaré le père Daniel Alliët, qui est à l’initiative de La Maison de la compassion. "Mais la poursuite de l’occupation de l’église dans sa forme actuelle ne résoudra pas cela." Il a assuré que des actions sont mises en œuvre, au sein de La Maison de la compassion et avec le soutien de la société civile, pour continuer à défendre leurs droits.

 

Sur le même sujet

Intégration Inch’Allah : le parcours d’intégration des primo-arrivants vu de Flandre

Fenêtre sur doc

Articles recommandés pour vous