Regions Liège

Les cyclistes, grands oubliés des futures Halles des foires, selon le GRACQ

Selon le GRACQ, les futures Halles des foires ne laissent pas assez de place au vélo

© Archipelago baev / MANGADO Y ASOCIADOS / GREISCH/ SWECO / COSEP / MATRICIEL / CEDIA / PROAP

19 mai 2021 à 04:43 - mise à jour 19 mai 2021 à 04:43Temps de lecture2 min
Par Barbara Schaal

Le futur site des Halles des foires à Liège, fait-il assez de place au vélo ? Non, selon le GRACQ de Liège, qui défend les intérêts des cyclistes urbains.

Les halles actuelles, sur le site de Coronmeuse, sont en cours de démolition. Elles feront place à un nouveau quartier. De nouvelles Halles doivent donc sortir de terre, juste en face, rive droite de la Meuse, dans la zone multimodale de Bressoux. La demande de permis d’urbanisme est déposée et l’enquête publique lancée. Le GRACQ a pris connaissance des plans.

C’est dommage quand on crée de nouveaux équipements, de ne pas intégrer le vélo comme alternative de mobilité.

"On annonce la création de près de 750 places de parking, mais par contre, le parking vélo longue durée n’est pas prévu", s’étonne Serge Seron, du GRACQ Liège. "Il y a seulement quelques arceaux pour une centaine de vélos. Ça permet de garer son vélo pendant quelques minutes ou une demi-heure. Mais si vous vous rendez aux Halles des foires, c’est pour participer à une manifestation, pendant plusieurs heures. Donc, vous devez avoir une certaine sécurité, un endroit abrité, peut-être une surveillance, pour être certain de retrouver votre vélo quand vous revenez."

Autre point problématique, selon le GRACQ, l’apparition de nouvelles routes, sans aucune mention de piste cyclable. "De nouvelles voiries vont être construites pour relier les Halles à ce qui est actuellement l’autoroute et qui va être transformé en quai urbain. C’est tout de même dommage quand on crée de nouveaux équipements, de ne pas intégrer le vélo comme alternative de mobilité."

Charleroi est en train de prendre de l’avance sur Liège

"Le dossier aurait été excellent en 1970", ironise Serge Seron. "Mais aujourd’hui, on n’en est plus là, il faut faire une avancée vers les modes de transport doux. L’objectif de la Ville et du plan urbain de mobilité, c’est d’atteindre 30% de déplacements doux et là, on n’y sera pas".

Pour ce représentant du GRACQ liégeois, la Wallonie est en retard sur ses voisins, la Flandre ou les Pays-Bas, par exemple. Et dans le sud du pays, Liège fait figure de mauvais élève. "Ça peut paraître étonnant, mais Charleroi est en train de prendre de l’avance sur Liège", assure-t-il.

Le GRACQ Liège compte bien manifester ses doutes quant à ce projet. L’association appelle les cyclistes liégeois à faire de même. L’enquête publique se termine le 31 mai.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous