RTBFPasser au contenu

Festival de Cannes

Les critiques d’Hugues Dayez à Cannes : "Les frères de Leila", une tragédie familiale iranienne

Le réalisateur Saeed Roustaee à Cannes

Hors compétition hier soir : "Elvis" de Baz Luhrmann (nous y reviendrons lors de sa sortie en salles fin juin). En compétition, un drame iranien, "Les frères de Leila", et une love story signée Claire Denis, "Stars at noon".

La montée des marches du film "Elvis"

Le casting du film "Elvis", avec Olivia DeJonge, Tom Hanks, Austin Butler, le réalisateur Baz Luhrmann, Priscilla Presley, Alton Mason, Natasha Bassett et le producteur Patrick Mccormick
La veuve d’Elvis, Priscilla Presley était aux côtés du réalisateur Baz Luhrmann

Les frères de Leila

La montée des marches pour l’équipe du film "Les frères de Leila"
La montée des marches pour l’équipe du film "Les frères de Leila" Joe Maher/WireImage
L'affiche du film "Les frères de Leila"

Ce film était très attendu, car il est signé par un jeune cinéaste iranien de 32 ans, Saeed Roustaee, qui s’est fait remarquer l’an passé avec un formidable polar intitulé "La loi de Téhéran". Son nouveau film, "Les frères de Leila" est un drame familial. Leila est une jeune femme bien déterminée à aider ses quatre frères à sortir du marasme économique dans lequel ils sont englués, et projette d’acheter avec eux un espace pour lancer un magasin dans un beau centre commercial. Mais pour acheter cet espace, il leur manque l’équivalent de 40 pièces d’or. Or ces pièces d’or, leur vieux père veut les consacrer à un évènement mondain primordial pour lui : s’il offre ces pièces au mariage du fils de son cousin, il deviendra le nouveau parrain de la tribu, distinction suprême dans la tradition persane… Entre l’honneur du paternel et le futur des enfants, à quoi cet argent va-t-il servir ?

Le cinéaste iranien explore là une thématique évidemment très intéressante, mais emporté par son sujet, il signe un film beaucoup trop long, de près de trois heures, où les moments forts sont, hélas, dilués dans des séquences pas indispensables. Bref, ce film, "Les frères de Leila" mériterait un bon remontage…

Stars at noon

La réalisatrice Claire Denis et l’actrice Margaret Qualley
La réalisatrice Claire Denis et l’actrice Margaret Qualley © Tous droits réservés
Une image du film "Stars at noon" de Claire Denis

Claire Denis est une cinéaste qui a la cote auprès d’une certaine critique française, et de temps à autre, elle s’aventure dans des tournages en anglais. Elle avait déjà signé "High life", un film de science-fiction soporifique avec Robert Pattinson. Cette fois, elle a jeté son dévolu sur un roman américain de Denis Johnson, "Des étoiles à midi". L’action se déroule au Nicaragua en 1984, en pleine période d’instabilité politique. Une jeune journaliste américaine, dont le passeport a été confisqué par les autorités, va vivre une aventure avec un jeune homme d’affaires anglais, au passé trouble… Raconté comme tel, c’est prometteur, mais à l’écran, c’est d’un ennui mortel. Claire Denis ne se préoccupe pas une seconde de resituer le contexte politique de l’époque, et laisse déambuler ses personnages entre deux scènes d’amour. Le seul atout du film, c’est la très photogénique Margaret Qualley, qui n’est autre que la fille d’Andie Mc Dowell, l’inoubliable star de "Quatre mariages et un enterrement". La jeune actrice avait déjà été repérée dans l’excellente série "Maid", elle fait ici son entrée dans le cinéma d’auteur français, et c’est bien courageux de sa part, vu le piètre résultat final.

Loading...

Sur le même sujet

29 mai 2022 à 08:45
2 min
28 mai 2022 à 19:59
1 min

Articles recommandés pour vous