RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

On n'est pas des pigeons

Les cours de français submergés par les demandes d’Ukrainiens arrivés en Belgique

Réfugiés ukrainiens: la galère des cours de français!

On n'est pas des pigeons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L’afflux récent des ressortissants ukrainiens qui fuient la guerre dans leurs pays fait son effet dans les classes de français. Du côté de l’enseignement de promotion sociale ou au sein d’autres structures ou asbl qui dispensent des cours de français, partout on affiche quasiment " complet ".

A l’école " Polyac / Centre Polyglotte de Mons ", des classes de français sont occupées tous les jours, on y accueille environ 100 adultes et enfants ukrainiens par semaine.

Dans cette école privée, les professeurs sont des bénévoles et les cours sont gratuits. Tous les coûts sont pris en charge par l’école qui ne reçoit pas de subsides.

L’initiative de ces cours a été lancée durant les vacances de Pâques et elle a perduré vu la demande croissante des Ukrainiens arrivés en Belgique et désireux de trouver un travail.

Cette saturation des cours de français est fort présente à Bruxelles (un peu moins en Wallonie), mais un peu partout cela reste le règne de la débrouille pour accueillir les nombreuses demandes d’inscriptions ukrainiennes.

© Tous droits réservés

Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook et sur YouTube.

Articles recommandés pour vous