Les Grenades

Les coupes plus chères pour les femmes dans les salons de coiffure : injuste ou justifié ?

© Getty Images

13 oct. 2022 à 11:19Temps de lecture4 min
Par Camille Wernaers pour Les Grenades

"J’ai l’impression que parce que je suis une femme je dois payer presque deux fois plus qu’un homme alors que selon moi, il n’y a aucune raison", explique Pauline qui s’est rendue au début du mois d’octobre dans un salon de coiffure à Bruxelles.

En voyant les tarifs, elle s’étonne : dans ce salon, pour un forfait "shampoing coupe et coiffage", elle doit payer 96 euros contre 56 euros si elle était un homme.

"Cette différence de prix s’explique"

En posant la question au salon de coiffure, on lui répond que coiffer un homme demande moins de travail, mais aussi que le temps, la manière et les techniques de coiffage sont différents.

Même son de cloche du côté de la Fédération des salons de coiffure, Febelhair. Son vice-président, Patrick Dumont précise aux Grenades : "Les coiffeurs et les coiffeuses ne discriminent bien entendu pas en fonction du genre. Cette différence de prix s’explique par le temps qu’ils consacrent aux client·es. Par ailleurs, j’ai trouvé des salons de coiffure dans lesquels la coupe pour les hommes est plus chère, notamment dans des salons spécialisés dans les coupes masculines. En général, coiffer une femme demande d’utiliser des techniques plus complexes, c’est pour cela aussi qu’il y a une différence dans nos formations. Si on coiffait une femme de la même manière que l’on coiffe un homme, elle reviendrait le lendemain dans le salon pour que l’on rectifie les dégâts !"

Face à ces explications, Pauline se questionne : "Est-ce qu’une différence de technique pourrait vraiment expliquer cette différence de prix ? J’en doute. J’ajouterai aussi que s’il y a une différence de technique ou de temps j’aimerais le savoir et pouvoir faire un choix éclairé sur la technique que je choisis ou le temps et l’argent que je consacre à mes cheveux".

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Que se passe-t-il d’ailleurs quand une femme porte les cheveux courts et qu’un homme porte des cheveux longs ? "Beaucoup de coiffeurs indiquent cette différence entre cheveux longs et cheveux courts dans leurs tarifs. Dans les salons de ma femme par exemple, si un homme vient avec des cheveux longs et demande une coloration, il paiera le même prix qu’une femme qui demanderait la même chose", souligne Patrick Dumont.

Vérifications faites, dans le salon fréquenté par Pauline, il existe bien une différence de tarifs entre cheveux longs et cheveux courts… mais celle-ci est également genrée. Selon les tarifs renseignés par le salon, un homme aux cheveux courts qui demanderait le forfait "shampoing coupe et coiffage" devrait payer 56 euros, une femme qui porte les cheveux courts et qui demanderait le même forfait devrait sortir 81 euros de son portefeuille.

 C’est une discrimination flagrante, je paie plus à cause de mon genre

"Il y a une discrimination directe sur base du sexe"

En 2019, confrontée aux mêmes questions après avoir été coiffée dans un autre salon de coiffure, Pauline s’était tournée vers l’Institut pour l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Contactée par Les Grenades, Véronique De Baets, porte-parole de l’Institut, résume : "Il y a, selon nous, une discrimination directe sur base du sexe. En 2019, la première réaction de l’Institut a été d’envoyer un courrier au salon de coiffure en question leur rappelant la Loi Genre."

La loi du 10 mai 2010 tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes et les hommes (dite la "Loi Genre") interdit toute forme de discrimination sur base du sexe, notamment dans le domaine de l’accès et de la fourniture des biens et services accessibles au public. La loi demande d’adapter leurs formules afin de proposer des tarifs neutres sur le plan du genre. Une telle discrimination est susceptible de recours civil et pénal.

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Étant donné qu’il s’agit d’une pratique répandue, l’Institut avait également décidé de prendre contact avec la Fédération des salons de coiffure afin de trouver une solution structurelle. "A la suite des discussions menées avec eux, il s’avère qu’une partie du problème s’expliquerait par une différence du niveau d’imposition entre les coiffeur·euses pour hommes et les coiffeur·euses pour femmes. En effet, le taux d’imposition forfaitaire est différent en fonction du sexe de la clientèle, mais uniquement pour les coiffeur·euses imposé·es forfaitairement. Nous avons contacté le ministre des Finances Vincent Van Peteghem à ce sujet afin qu’il se penche sur la question et élimine cette discrimination au niveau fiscal. Malheureusement, à ce jour nous n’avons pas reçu de réponse positive. Nous avons pu consulter une réponse du ministre à une question parlementaire à ce sujet. Il expliquait qu’apparemment le nombre de coiffeurs imposés sur base forfaitaire était assez faible. Ce n’est donc probablement pas la seule explication à ce phénomène..."

"On considère juste qu’une femme paiera plus pour des services de beauté"

Pour Pauline, une autre explication a émergé de ses démarches : "Je pense que dans notre société on considère juste qu’une femme paiera plus pour des services de "beauté" qu’un homme. On lui fait donc payer plus. C’est une discrimination flagrante, je paie plus à cause de mon genre." Elle regrette amèrement qu’en 2022 "ce type de discrimination si évidente (il suffit de regarder les tarifs des salons) ne soit toujours pas remise en question par les coiffeuse·eurs et les client·es."

Cette différence de prix entre un produit étiqueté "femme" et un produit étiqueté "homme" porte un homme : c’est la taxe rose, régulièrement dénoncée par la page Pépite sexiste.

Pour l’Institut également, les pratiques doivent clairement évoluer afin que chacun·e puisse payer une coupe réellement en fonction du travail que celle-ci nécessite et pas en fonction de son sexe.

Loading...

La taxe rose ou le sexisme dans le marketing

Loading...

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous