Monde Asie

Les conditions ne sont pas réunies pour le retour des Rohingyas en Birmanie, selon l'ONU

© Belgaimage

17 août 2022 à 12:54Temps de lecture1 min
Par AFP, édité par Estelle De Houck

La Haute-commissaire de l'ONU aux droits humains, Michelle Bachelet, a déclaré mercredi qu'il n'était toujours pas sûr pour les réfugiés rohingyas de retourner en Birmanie, près de cinq ans après une répression ayant provoqué leur exode massif au Bangladesh voisin. 

"Malheureusement, la situation actuelle de l'autre côté de la frontière signifie que les conditions ne sont pas réunies pour les retours", a déclaré Mme Bachelet aux journalistes à Dacca.

Environ 750.000 Rohingyas ont fui les exactions de l'armée en Birmanie et cherché asile en 2017 au Bangladesh voisin, où se trouvaient déjà plus de 100.000 réfugiés, victimes de précédentes violences.

Le rapatriement doit toujours être effectué de manière volontaire et digne, uniquement quand des conditions sûres et durables existent en Birmanie

Les Rohingyas survivent, entassés dans des camps insalubres à l'abri de baraques faites de bâches, tôles et bambous et refusent de retourner en Birmanie, à majorité bouddhiste, tant qu'ils n'auront pas obtenu des droits de citoyenneté.

"Le rapatriement doit toujours être effectué de manière volontaire et digne, uniquement quand des conditions sûres et durables existent en Birmanie", a ajouté Michelle Bachelet.

La Birmanie est dirigée par une junte militaire depuis l'éviction de son gouvernement civil l'année dernière. 

Michelle Bachelet effectue une visite de quatre jours au Bangladesh, avant que s'achève son mandat de Haute-commissaire des Nations unies aux droits humains, à la fin du mois.

Sur le même sujet

Birmanie : la junte libère près de 6.000 prisonniers, dont plusieurs étrangers

Monde Asie

Coup d’Etat en Birmanie : 60 personnes tuées dans une frappe aérienne de la junte sur un concert

Monde Asie

Articles recommandés pour vous