RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

Les commerçants belges accueillent Amazon Belgique de manière mitigée : "c’est surtout pour faire de la concurrence à Bol.com en Flandre"

06 août 2022 à 05:00Temps de lecture4 min
Par Anthony Roberfroid avec Belga

Amazon s’installe davantage en Belgique. Le groupe américain, fondé par Jeff Bezos, va bientôt ouvrir sa plateforme en ligne dédiée à la Belgique : "Amazon.com.be". Le nom de domaine Amazon.be est, lui, depuis des années entre les mains de l’assureur Bâloise. L’entreprise américaine ne souhaite pas indiquer s’il y a eu des négociations entre les deux parties.

Alors que les clients belges se dirigent habituellement vers les autres sites européens d’Amazon (comme Amazon.fr ou Amazon.nl), ils pourront dans les prochains mois se rendre sur le site dédié au plat pays.

Mais l’installation du géant américain de l’e-commerce ne ravit pas l’ensemble des commerçants, notamment du côté de l’UCM : "Nous ne sommes pas enthousiastes. Le modèle économique n’est pas un modèle que nous soutenons et apprécions, autant pour les conditions de travail des personnes que pour la frénésie de consommation poussée par l’e-commerce qui éloigne les consommateurs des commerces de proximité", explique Thierry Evens, porte-parole de l’Union des Classes Moyennes. "En faisant miroiter des réductions, des bonnes affaires et des choses merveilleuses, on éloigne les clients de nos commerces locaux alors que finalement, il y a un attachement et une nécessité des commerces de proximité qui offrent de la qualité, des conseils, des produits sur mesure".

Difficile pour les petits commerçants de faire du conseil à distance ou de faire découvrir des produits facilement aux clients lorsque tout se fait en ligne. Pourtant, avec les différents confinements, les consommateurs se sont davantage tournés vers le web, et nombreux sont ceux qui continuent de faire du commerce en ligne.

Des frais élevés pour de petits commerçants

"Évidemment, nous ne sommes pas contre l’e-commerce", réplique Thierry Evens, "mais nous préférerons d’autres solutions que celle de cette grande entreprise qui essaie d’avoir une situation de monopole. Nous restons méfiants quant aux services que propose Amazon aux commerces indépendants. Leurs conditions ne sont pas très lisibles et ne sont pas spécialement intéressantes pour les petits indépendants. Utiliser leur plateforme coûte de l’argent et les détails concernant notamment les retours d’articles ne sont pas très clairs", conclut le représentant.

L’entreprise américaine invite les PME et vendeurs désirant passer par la plateforme à s’inscrire sur un site internet dédié (sell.amazon.com.be) afin d’y proposer leurs produits. L’occasion existe donc pour des magasins belges qui souhaiteraient se développer dans la vente en ligne.

Mais le service à un prix : 39 € par mois (hors TVA), auxquels il faut ajouter des frais de vente : un pourcentage que récupère Amazon en fonction de l’objet acheté, ainsi que les frais de livraison et de gestion. Pour de petits commerçants, la note risque d’être difficile à régler nous indique-t-on à l’UCM.

Du côté du Syndicat Neutre pour Indépendants, on ne voit pas forcément le géant d’un mauvais œil même si on ne l’accueille pas non plus à bras ouverts : "Du point de vue de la concurrence, cela ne change pas grand-chose vu que les consommateurs belges se dirigent déjà vers les sites français, néerlandais ou allemand d’Amazon" explique Christophe Wambersie, secrétaire général du SNI. "C’est une solution parmi d’autre, chaque indépendant et commerçant est libre de choisir de passer par ces grands groupes ou de se lancer de manière individuelle sur le web. Pour nous, l’enjeu est que les commerçants indépendants ne loupent pas le train du digital."

L’installation plus profonde d’Amazon en Belgique est donc une offre supplémentaire pour les commerçants mais elle n’est pas la seule : "Chaque commerçant est invité à se faire conseiller par des professionnels pour voir ce qui pourrait lui convenir au mieux. La Région wallonne émet aussi des chèques entreprises digitaux pour aider jusqu’à 90% des frais pour se faire accompagner. Des plateformes belges ou locales sont aussi disponibles", ajoute Christophe Wambersie.

La Flandre plus particulièrement visée

En lançant son propre "webstore" en Belgique, Amazon veut "offrir une grande valeur ajoutée avec un magasin local", a indiqué à l’agence Belga Eva Faict, responsable en charge du lancement de la plateforme belge.

Preuve de son investissement dans notre pays, Amazon a annoncé en février dernier qu’il allait construire son premier centre de distribution belge à Anvers. Le centre devrait être opérationnel d’ici à la fin de l’année et plus de cinquante nouveaux emplois directs y seront créés. "La station servira nos clients en Belgique de manière plus efficace et durable, en augmentant nos capacités de livraison et en étant plus proche de nos clients en Flandre", indique l’entreprise sur son site web.

Et la Flandre est plus que probablement dans le viseur du géant de l’e-commerce, et plus particulièrement la plateforme néerlandaise Bol.com, qui attire de nombreux clients dans le nord du pays : "Une enquête montre que 82% des francophones déclarent avoir déjà utilisé Amazon. En Flandre, c’est 47%", détaille Win Van Edo, économiste chez Comeos.

"Amazon risque de faire beaucoup de marketing pour attirer des vendeurs belges vers la plateforme, de nombreux clients belges s’y trouvent déjà. Mais l’arrivée d’Amazon est surtout une action de la marque pour se confronter à la concurrence qui est beaucoup plus marquée au nord du pays. La partie francophone se dirige habituellement vers les sites étrangers d’Amazon alors que la partie néerlandophone du pays fait la plupart de ses achats en ligne sur Bol.com", ajoute l’expert.

Il y a donc peu de grands changement à attendre chez nous en Wallonie mais la Flandre pourrait se retrouver quelque peu bousculée.

Sur le même sujet

Amazon rachète iRobot, le fabricant des aspirateurs robots Roomba

High tech

Amazon Prime : face à l’augmentation des prix, comment résilier votre abonnement ?

High tech

Articles recommandés pour vous