RTBFPasser au contenu
Rechercher

Nature & Découvertes

Les châteaux-fermes, un patrimoine qui cultive l’histoire des terres wallonnes

28 juin 2022 à 09:06 - mise à jour 28 juin 2022 à 09:06Temps de lecture4 min
Par Arno Goies

Au cours de l’histoire, il fut un temps où les populations se fortifiaient pour se défendre contre des ennemis. Les châteaux, les ponts, les moulins, les édifices religieux… mais aussi les fermes ! En Wallonie, on retrouve des châteaux-fermes qui se sont particulièrement développés durant le 17e siècle. De Falaën à Laneffe, ces bâtiments ont connu des destins divers, au gré de l’histoire et des choix de leurs propriétaires successifs.

Labellisé parmi " Les Plus Beaux Villages de Wallonie ", Falaën renferme un patrimoine riche et préservé. Cette partie de la commune d’Onhaye abrite d’ailleurs de nombreux biens et monuments classés au patrimoine wallon, dont un vaste château-ferme qui façonne l’identité de la localité namuroise.

Construit dans le dernier tiers du 17e siècle, cet ensemble architectural servait autrefois d’exploitation seigneuriale fortifiée, avant de changer plusieurs fois de fonction au fil de l’histoire. Il appartient depuis 2019 à Onno Van de Stolpe, un homme d’affaires hollandais, qui y a réalisé de grosses rénovations afin que la demeure soit vivable et confortable.

Nous avons une très belle maison en Hollande. Je l’ai rénovée et comme le projet de rénovation était terminé, j’ai eu envie d’un autre projet ", explique-t-il à Matélé. " J’ai cherché sur Internet et j’ai trouvé ceci. Puis, quand on est venu voir le site, avec ma compagne Josee, on est tombé amoureux du site, et on s’est lancé. C’est un projet fou"

Pour une journée, le château-ferme de Falaën a rouvert ses portes aux villageois curieux de contempler les rénovations. Parmi eux, les anciens propriétaires de la famille Delhaye qui s’occupaient de la ferme autrefois. " On est ravi de ce qui a été fait ", s’enchante Annie Delhaye. " J’ai découvert des choses que je ne connaissais pas, alors que j’ai vécu ici toute ma jeunesse. Ils ont retrouvé les pierres et les soubassements d’origine. C’est très très beau. "

>> " Nos parents seraient vraiment contents de voir comment cela a été rénové ", déclare Guillaume Delhaye au micro de Matélé

Loading...

Un château ou une ferme ?

Des murs fortifiés, des tours et des douves d’un côté. Une grange, une basse-cour et des prairies de l’autre. Mais comment ce mélange entre le château et la ferme est-il né ? Pour Matthieu Bertrand, Historien de l’art, la réponse se trouve tout simplement dans le contexte de l’époque.

" Jadis, c’était la culture du sol qui permettait de s’enrichir ", justifie-t-il à la RTBF. " L’aristocratie, que ce soit l’Église ou la noblesse, va venir s’installer sur une large partie de la Wallonie et elle va avoir besoin de vivre de ses terres, que ce soient des bois, des prairies ou des carrières. Donc, elle va avoir besoin de bâtiments agricoles. Mais comme il s’agit d’une partie de la population qui est plus aisée et qui veut appuyer son pouvoir, elle va le faire par son logis. Il va donc s’opérer une synthèse entre la basse-cour d’un côté et la haute-cour de l’autre. "

Alors que jusqu’au 19e siècle, les maisons du monde rural vont se développer au rez-de-chaussée, sur un étage, le logis seigneurial va lui se développer en hauteur. Les châteaux-fermes, c’est un mélange de tout ça en un lieu !

Un patrimoine bien wallon

La Wallonie est un territoire riche en châteaux-fermes. Bien qu’il soit difficile de les dénombrer, elles font partie d’un patrimoine lié à l’histoire de nos terres. C’est à partir du 12e siècle que les châteaux-fermes vont d’ailleurs s’y développer mais leur âge d’or se situe véritablement au 17e siècle. " C’est un siècle de malheur ", nous explique Olivier Carly, historien pour l’Agence Wallonne du Patrimoine. " Il y a de nombreuses guerres, notamment entre la France et les Pays-Bas espagnols, des guerres avec des milices privées qui vont saccager et piller des villages. La population va donc particulièrement souffrir et elle va davantage avoir besoin de se protéger. "

Mais l’expert évoque une deuxième raison qui n’est pas à exclure. " On est aussi tout simplement une région plus populeuse qu’ailleurs. On est une région où les localités sont extrêmement proches des unes des autres. En Wallonie, vous ne savez pas faire 3 kilomètres sans tomber sur une localité, alors qu’en France, il faut parfois faire 15 kilomètres. Notre région est petite mais plus densément peuplée et active qu’ailleurs. "

>> À suivre : " Le 18e siècle va être une période beaucoup plus riche et beaucoup plus calme ", continue Matthieu Bertrand à la RTBF

Que reste-t-il de ces châteaux-fermes ?

Au fil des années, les châteaux-fermes ont connu des destins divers. Si celui de Falaën appartient à des particuliers qui vont l’ouvrir au public en de rares occasions, ce n’est pas le cas de tous ces ensembles architecturaux. " Tous ces lieux, que ce soient des châteaux, des fermes, des châteaux-fermes, des manoirs… ils sont tous en train de se réinventer, tout simplement pour survivre ", explique Matthieu Bertrand. " Parce qu’effectivement, ce sont des biens qui peuvent rapidement être en mauvais état si on ne les entretient pas. "

Gîtes, lieux touristiques, restaurants, … ces lieux ont changé au gré des choix de leurs propriétaires. À Laneffe, c’est le papa de Danielle Goyens qui est tombé par hasard sur un château-ferme lors de sa vente publique. Le coup de foudre a été immédiat. " Quand mon papa a racheté le bâtiment en juin 1980, il était en très mauvais état, surtout la toiture ", se souvient Danielle, qui en est maintenant la propriétaire, à la RTBF. " La partie château, qui est restée inoccupée pendant 23 ans, est la première partie qui a été rénovée. L’idée, c’était de garder les structures telles qu’elles étaient. "

Depuis ce fameux rachat, le château-ferme de Laneffe a été reconverti en chambres d’hôtes… sans toutefois renoncer à ses racines agricoles. " On a 90 hectares de prairies et de terre où l’on cultive du froment, de l’escourgeon, des betteraves, du maïs… ce sont mes quatre fils qui gèrent la ferme. Et nous sommes aussi un gîte équestre. "

"J’ai les clés": Laneffe, ferme ou château ? Les deux !

Nos paysages wallons offrent de nombreux exemples de ces vastes ensembles comme l’imposant château-ferme de Courrière qui fut en grande partie érigé au 17e siècle. À Ohey, la tour de guet de la ferme-château de Tahier du même 17e siècle se dresse comme une sentinelle attentive de ce coin charmant du Condroz. Et que dire du Château-Ferme d’Arche qui fut au cœur des luttes qui, dès le 13e siècle, opposèrent le comté de Namur au Prince-Evêque de Liège ?

Tout ce patrimoine offre des témoignages sur le passé de notre territoire qui a encore de nombreuses histoires à nous raconter !

Sur le même sujet

Cyclotourisme en France : à la découverte des châteaux de la Loire

Voyages

Le Logis-Floréal : "Cette idée de dissocier la propriété du terrain et l'usage du logement reste intéressante"

Par Ouï-dire

Articles recommandés pour vous