RTBFPasser au contenu
Rechercher

Les chansons de notre adolescence dopent notre plaisir

La musique, plaisir à l'état pur
03 sept. 2014 à 14:30Temps de lecture1 min
Par Lucie Dendooven

Faites le test : à choisir entre un vieux tube de votre adolescence et un tube d’aujourd’hui, vous choisissez instantanément …celui de votre adolescence. C’est notre Madeleine de Proust à chacun d’entre nous : les chansons qui ont bercé notre jeunesse et se sont gravés à jamais dans notre cerveau. A chacun sa potion magique: ‘Casser la voix’ de Patrick Bruel, ‘Hôtel California’ des Eagles ou encore ‘Porcelain’ de Moby. Chaque génération a son tube et sa musique référentielle. Pour Hugues Delforge, sociologue de l’ULB, la musique est ‘un marqueur temporel et spatial’. Elle s’associe à des moments importants de notre vie d’adolescent, bon ou mauvais. Elle nous aide aussi à nous socialiser et à nous identifier à un groupe d’individus. Pas étonnant que la musique joue un grand rôle à cette période-là de notre vie car c’est l’un des rares domaines dans lequel nous avons tout loisir de nous exprimer. Les portes des milieux professionnels nous sont encore fermées mais nous avons carte blanche pour réinventer la musique.

La musique est donc un phénomène culturel mais pas seulement. Ces dernières années, psychologues et experts ont confirmé que les chansons avaient un impact sur nos émotions. Lorsque nous réécoutons le slow langoureux de notre premier amour, nous sommes littéralement sous l’impulsion d’un réflexe conditionné. Arnaud Pêtre, spécialiste des neurosciences, le compare à celui d’un 'alcoolique qui ne peut pas s’arrêter de boire'. En fait, une chanson qui a déterminé notre adolescence stimule les circuits de plaisir de notre cerveau et libère en nous des hormones comme la dopamine ou la serotonine qui nous font sentir bien.

Les publicitaires l’ont bien compris. En collant des tubes musicaux à leurs marques ou à leurs produits. La musique déclenche automatiquement un phénomène d’identification pour toute une génération de téléspectateur. A vous de voir à quelle génération vous appartenez.

Lucie Dendooven

Musique et plaisir

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le retour de CharlÉlie Couture, poète atypique de la chanson française