RTBFPasser au contenu
Rechercher

Carnets du bourlingueur

"Les carnets du bourlingueur" sont de retour pendant les vacances sur La Une

27 juin 2022 à 10:25Temps de lecture4 min
Par Sara Dumont

Il a voyagé dans plus de 120 pays et il a réalisé plus de 500 tournages. Ca y est ,"Les carnets du bourlingueur" sont de retour cet été à la grande joie des aventuriers et nous l’avons rencontré.

Au programme

Cet été, embarquez avec Philippe Lambillon dans ses différents périples : il tentera une opération de survie sur les îles Andaman où il dressera un singe pour qu’il lui décroche des noix de coco. Ailleurs, un conducteur de tuk-tuk essaiera de l’arnaquer. Accompagnez-le au pays des baobabs durant sa traversée du Sénégal à vélo. Il passera par le pays des éléphants en Birmanie et en Thaïlande. Suivez-le au pays des cactus, là où ils peuvent mesurer jusqu’à 12m de haut et où il utilisera exclusivement des plantes pour se nourrir, se soigner, se guérir, pour survivre… Enfin, allez à la rencontre du peuple des bushmen en Namibie, découvrez leur mode de vie, leur manière de chasser et de se nourrir…

" Les carnets du bourlingueur " tous les dimanches à partir du 3 juillet, à 10h30, sur La Une.

 

Philippe Lambillon a visité plus de 120 pays. Lesquels sont ses favoris ?

High angle view of mountain ranges, Aconcagua, Andes, Argentina
High angle view of mountain ranges, Aconcagua, Andes, Argentina © Tous droits réservés

Les endroits où il n’y a personne, où il peut rouler au moins 24h sans rencontrer âme qui vive. Les déserts, les zones d’altitude, de grandes étendues comme en Australie, ou les déserts d’Afrique (la Namibie, le Botswana, le Kenya) mais aussi l’Argentine avec la Cordillère des Andes où l’on peut rouler pendant des jours sans croiser personne, hormis des lamas, des alpagas et des guanacos qui traversent la piste.

Lorsqu’on demande à Philippe Lambillon quel album il choisirait s’il devait incarner Tintin…

Ce serait Tintin au Tibet, car il est parti sur les traces du Yeti il y a une trentaine d’années. Il a d’ailleurs découvert le scalp du Yéti et son avant-bras. Il a abordé indirectement des thèmes qui se trouvent dans les albums de Tintin : il y a en effet plus de 10 albums d’Hergé dans lesquels Tintin vit ce que le Bourlingueur a vécu lui aussi. Alors qu’Hergé se basait sur des photographies et des documents, Philippe Lambillon est réellement allé sur place : il est monté jusqu’au camp de base de l’Everest. Il a des images qui collent un peu aux dessins d’Hergé. En outre, il a travaillé chez Tintin en tant que graphiste et avait son bureau juste en dessous de celui d’Hergé.

L’endroit où il a été le mieux accueilli

C’est l’Afrique !

Il explique que ce sont des acteurs en herbe, que lorsqu’il débarquait dans un village, il était tout de suite l’ami de tout le monde. " Quand il voit tous ces acteurs en herbe et ce que ça donnait à l’image, leur naturel, leur force car la vie est très dure en Afrique encore aujourd’hui, ces gens ont vraiment le sens de l’accueil, ils sont joviaux. "

Les 3 conseils de Philippe Lambillon à appliquer lorsque vous voyagez :

  1. Faire attention à l’eau. Ça paraît bête mais dans de nombreux endroits, l’eau n’est pas potable. "Beaucoup de personnes disent à des touristes que là où ils sont (dans une capitale), ils peuvent boire l’eau du robinet ou simplement se brosser les dents avec l’eau du robinet dans un hôtel quatre étoiles. Ce qui n’est pas du tout vrai : après, on tombe malade, on attrape une hépatite qui nous oblige à rentrer chez nous alors que pour beaucoup de touristes, ils ont investi pas mal d’argent et de temps dans ce voyage". Par conséquent, il faut faire attention à l’eau, ce serait bête de devoir tout plaquer pour rentrer chez soi.
  2. Faire attention à ses affaires et à qui on croise : ce n’est pas parce que l’on arrive dans un pays que tout le monde est beau et gentil. Philippe Lambillon raconte : " Le nombre de touristes qui se font avoir, qui se font voler par manque d’attention […] Il faut quand même s’adapter, vous n’êtes pas chez vous. "
  3. Enfin, la troisième règle et non des moindres, faire attention aux moustiques. Les moustiques tuent plus d’un million et demi de personnes dans le monde, des étrangers meurent. "Quand je croise des étrangers, ils ne font même pas attention : ils dorment sans moustiquaire, ne mettent pas de produit. Oui, ce n’est pas pour deux piqûres ! On m’a dit qu’en ville, je n’avais aucune chance d’attraper la malaria. " Ce qui n’est pas du tout vrai. Mettre une moustiquaire, porter des manches longues, ça paraît vieillot parce que de nos jours, tout le monde voyage partout. Les gens des banlieues, des villages viennent dans les mégapoles et pensent qu’ils vont vivre mieux. Ce n’est pas vrai que les moustiques vivent autour des mégapoles et que si on ne va que dans les grandes villes, les capitales, on ne risque rien ! C’est totalement faux ! La maladie est plus présente dans ces endroits-là que dans les forêts".

Pour tous ceux qui sont friands de conseils lorsqu’ils partent en vacances, Philippe Lambillon a écrit un livre intitulé "365 jours avec le bourlingueur". Dans cet ouvrage,  il donne un conseil par jour  pour voyager dans le monde pendant un an. Comment visiter une case vaudoue sans avoir de problème ? Comment soigner une piqûre de scorpion ? Des tas de conseils que vous pouvez retrouver juste ici. Philippe Lambillon a également écrit plusieurs BD que vous pouvez retrouver chez Renaissance du livre, son éditeur. Ce n’est pas tout :  Philippe Lambillon est actuellement en train de travailler sur un nouveau roman d’aventures, " Au hasard des pistes ", qui sortira en octobre, aux éditions Luc Pire . Il y parle de personnages atypiques avec lesquelles il a fait un bout de chemin au cours de ces 50 dernières années à parcourir le monde. Ce sont aussi ses meilleurs et pires souvenirs de voyage. Et si ceux-ci semblent incroyables, ils sont à 100% autobiographiques. On peut parler de sa vie en dehors de celle du " bourlingueur ".

En exclusivité découvrez la 4e de couverture de " Au hasard des pistes "

50 ans passés à bourlinguer dans tous les coins du monde. Plus c’est loin et insolite, mieux c’est. Alors, forcément, l’éternel voyageur en a des histoires à nous raconter ! Si la plupart semblent incroyables, il nous assure qu’elles sont à 100% autobiographiques. Il nous parle de ses chauffeurs qui l’ont accompagné sur les pistes, de rencontres improbables telles que les repasseuses de seins de la brousse africaine ou le sorcier péteur, de ses frayeurs bien sûr, les coupeurs de tête qui heureusement aujourd’hui ne peuvent réduire que des têtes de singes ou les chercheurs d’or paranos du bush australien. Tous viennent d’univers où la vie a bien peu de valeur et tous ont en commun une chose : avoir croisé un jour ce Belge qui a pris le temps de les accompagner un bout de chemin, au hasard des pistes.

Avec un humour souvent décapant et beaucoup de tendresse, Philippe Lambillon nous ouvre son univers. On ne sort pas indemnes de ce livre explosif mais on en redemande !

Sur le même sujet

Philippe Lambillon : "J'ai eu la chance de n'avoir aucune barrière pour Les Carnets du Bourlingueur"

Le 6/8

Philippe Lambillon raconte ses plus folles anecdotes de tournage !

Carnets du bourlingueur

Articles recommandés pour vous