RTBFPasser au contenu
Rechercher

Outside

Les Bulles du Louvre, l’exposition qui vous permet de visiter le Louvre à Bruxelles, au Musée de la BD

Comment aller au Louvre en restant à Bruxelles ? Tout simplement en visitant l’expo Les Bulles du Louvre au Centre belge de la Bande dessinée. Petit tour d’exposition avec Caroline Veyt. 

Le Louvre et ses collections à travers le regard d’autres artistes

Le lien entre l’univers de la bande dessinée et le Louvre a été initié en 2005 ; c’est à ce moment-là que le Musée et les éditions Futuropolis ont invité des auteurs et dessinateurs de BD à commencer un dialogue avec le musée, ses collections, son histoire. Un moyen de donner un nouveau souffle à cette institution qui peut paraître un peu figée.

Aujourd’hui, 20 albums sont sortis, d’autres sont toujours à paraître, et chacun d’eux nous fait découvrir un pan particulier du Louvre. Certains auteurs sont fascinés par les lieux, ou par les œuvres, ou par les visiteurs. D’autre part l’époque à laquelle le Louvre est né et d’autres encore se plaisent à projeter cet immense Musée dans un futur plus ou moins proche.

Et ce que cette expo, Les Bulles du Louvre, nous propose, c’est de déambuler d’un album à l’autre ; vous vous en doutez, on ne voit pas la totalité des planches, mais une partie d’entre elles, sélectionnées parce qu’elles sont emblématiques de l’album. Et comme on ne peut pas se faire une idée de l’ensemble de l’histoire sur la base de quelques planches, une explication nous est fournie pour chaque album.

L’exposition est donc une mise en bouche. Et il y a de fortes chances que les lecteurs de BD finissent à la boutique du rez-de-chaussée pour découvrir les histoires qui les ont attirés dans l’exposition.

Parmi les coups de cœur de Caroline Veyt, il y a trois albums.

Pour le côté historique, Le Ciel au-dessus du Louvre de Yslaire et Jean-Claude Carrère. Ils se replacent au moment de l’inauguration du Louvre, en 1793, quelques années après la Révolution française, et nous font découvrir les interrogations d’une époque sur le rôle de l’Art.

Pour le côté coulisses, Etienne Davodeau, dans Le chien qui louche, se penche sur le quotidien du musée et s’intéresse à la question très intéressante de l’acquisition des œuvres.

Pour le côté visiteurs, il y a le délicieux L’Ile Louvre de Florent Chavouet qui nous propose une sorte de reportage. Sur le personnel et le public du musée, avec toutes les réflexions qu’il a saisies sur le vif en écoutant les uns et les autres. C’est totalement savoureux !

Mention spéciale aussi pour Les Fantômes du Louvre d’Enki Bilal qui est fascinant ; ces spectres hyper expressifs qui surgissent au milieu des salles du Louvre…

Pour retrouver ceux-ci et tous les autres, rendez-vous au Centre belge de la Bande dessinée à Bruxelles jusqu’au 11 septembre.

Une seconde activité à faire avec les enfants

Le spectacle Alberta Tonnerre, à destination des enfants entre 9 et 12 ans, se joue ce samedi à 18h au Théâtre de la Montagne magique.

Dans cette pièce, avant même que les personnages ne parlent, on est plongé dans une atmosphère très particulière ; on est au fond des bois. C’est là que vivait Alberta, la grand-mère des deux personnages qui sont sur scène. Un frère et une sœur. Dans le spectacle et dans la vie.

L’histoire commence par la mort d’Alberta et à partir de là, ils vont dérouler le fil de son existence passée proche de la nature, avec des animaux qu’on voit prendre vie sur scène, ils vont nous raconter tout ce que leur grand-mère leur a apporté, appris. Un mélange de souvenirs réels et imaginés.

Vous le verrez, il y a les deux personnages et de très jolies marionnettes ; vous serez immergés dans la nature, au milieu des arbres, vous vivrez l’orage depuis le fond de la forêt.

Sur le même sujet

View from my window : Une expo photo autour des connexions qui se sont créées durant le confinement

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous