Les bouses de vaches sur la voirie agacent profondément les "néoruraux" à Assesse

Procès pour nuisances : après le chant du coq, la bouse de vache

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

09 juil. 2019 à 09:07 - mise à jour 09 juil. 2019 à 09:07Temps de lecture1 min
Par Juliette Hariga

Doit-on interdire les bruits et nuisances dans nos campagnes ? Chants du coq, meuglements et cloches d’église… Tout ce qui fait le charme en milieu rural, ou du moins le caractérise. La question est-elle si absurde que ça ? Peut-être pas tant que ça…

Plusieurs affaires récentes l’ont montré : ces bruits sont parfois considérés comme des nuisances. En Suisse par exemple, le propriétaire d’un coq vient d’être condamné par un tribunal à tout faire pour que son animal ne chante plus pendant la nuit, jusqu’à 8h00 du matin, et 9h00 le dimanche. Et son poulailler devra être équipé d’une isolation acoustique.

"On doit obligatoirement mettre nos bottes pour sortir de chez nous et faire du slalom..."
"On doit obligatoirement mettre nos bottes pour sortir de chez nous et faire du slalom..." RTBF

Mais de telles plaintes, on en trouve aussi chez nous. A Sorinne-la-Longue, dans la commune d’Assesse, ce n’est pas le meuglement des vaches qui pose problème mais leur bouse. Matin et soir, les 40 bêtes d’une exploitation de la localité empruntent une petite rue pour rejoindre l’étable à l’heure de la traite, laissant quelques traces de leur passage sur la chaussée. Et, comme vous vous en rendrez compte dans notre reportage ci-dessous, cela agace certains riverains…

Pour éviter de nouvelles plaintes de ce type, la commune d’Assesse est en train de plancher sur une charte du bien vivre ensemble à destination des nouveaux habitants.

Des riverains de Sorinne-la-Longue se plaignent des bouses de vache

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Inde : bataille de bouses de vache pour la fête de "Gorehabba"

Articles recommandés pour vous