Questions-Réponses

Les Belges sont-ils parmi les mieux payés et les plus taxés d’Europe ?

© Getty Images

12 nov. 2022 à 07:00 - mise à jour 12 nov. 2022 à 11:57Temps de lecture3 min
Par Maud Wilquin

"La pression fiscale dépasse à nouveau les 45% du PIB en Belgique" (RTBF, 2014), "La Belgique, toujours 3e pays à la pression fiscale la plus élevée au sein de l’OCDE" (RTBF, 2017), "La pression fiscale a encore grimpé l’an dernier en Belgique, deuxième pays le plus taxé en Europe" (RTBF, 2019)…

Des titres comme ceux-là, nous pourrions en écrire encore beaucoup. La Belgique excelle dans plusieurs domaines, y compris dans celui de la taxation. A l’instar de "Patrick Piment D’Armoire", vous êtes nombreux à l’avoir constaté et à nous en avoir fait part via la page Facebook "QR-RTBF". Nous nous sommes donc penchés de plus près sur le sujet.

Chaque année, la pression fiscale évolue légèrement. Ces variations s’expliquent entre autres par l’adoption de nouvelles lois qui impactent le taux d’impôts ou encore par l’apparition de crises. "Pendant la crise sanitaire par exemple, les salaires ont diminué. Lorsque les magasins et établissements Horeca étaient fermés pendant les semaines de lockdown, l’État ne touchait plus de TVA. Tout cela a engendré une légère diminution des recettes fiscales et donc, une légère diminution de la pression fiscale", détaille l’avocate fiscaliste, Typhanie Afschrift. "Ce qui impacte aussi la pression fiscale, ce sont les bénéfices des grosses sociétés. Plus une société gagne, plus la pression fiscale augmente sans que l’on doive changer le taux d’imposition."

Toutefois, relève l’avocate, "la position de la Belgique varie généralement entre la deuxième et la quatrième place sur l’échelle de la taxation absolue la plus élevée". Cela signifie que les Belges sont parmi les citoyens qui paient le plus d’impôts et de cotisations sociales à l’État. Pour elle et pour l’économiste Bertrand Candelon, les concurrents pour la médaille d’or selon les méthodes de calcul sont généralement le Danemark en première position, la France en seconde et la Belgique en troisième position.

Une affirmation confirmée par les derniers chiffres de l’Institut économique Molinari. Selon les résultats de l’étude "The Tax Burden on Global Workers" en effet, la Belgique remportait en 2021 la médaille de bronze avec une pression fiscale et sociale égale à 53,95%, soit une hausse de 0,19% par rapport à 2020 que l’Institut explique par une évolution favorable du salaire moyen. Seules la France et l’Autriche surpassaient notre pays avec un ex aequo d’un peu plus de 54,6% de pression fiscale.

Les célibataires sans enfants plus affectés

En Europe, le salaire moyen brut horaire s’élevait en 2021 à 21,9 €/h. En ce qui nous concerne, la Belgique est le cinquième pays européen qui rémunère le mieux ses travailleurs. L’an dernier, un Belge gagnait en moyenne 32 €/h. Seuls les Norvégiens, Danois, Islandais et Luxembourgeois gagnent, en moyenne, mieux leur vie selon Eurostat, l’organisme de statistiques de la Commission européenne. Des montants à relativiser en fonction du coût de la vie, des espaces budgétaires disponibles et des politiques adoptées dans chacun des pays.

Et si l’on en revient aux taxes, la politique belge veut que ce soient les personnes isolées qui trinquent le plus. Selon l’OCDE, l’Organisation de coopération et de développement économiques, les célibataires sans enfant rémunérés au salaire moyen voyaient en 2021 près de 52,6% de leur salaire s’envoler pour les impôts. Ailleurs en Europe, ce même profil est taxé à hauteur de 41,3%.

A contrario, un couple marié rémunéré au salaire moyen et parent de deux enfants était taxé à hauteur de 45,2% en 2021. Une différence expliquée par le nombre de personnes à charge. "La Belgique est le pays européen qui taxe le plus les isolés", précise Typhanie Afschrift. "Et si l’on ne tient compte que de la taxation sur les revenus du travail et non de l’ensemble de la taxation (revenus du travail, revenus immobiliers, revenus du capital…), alors la Belgique se situe encore plus souvent à la première et à la deuxième place des pays européens qui taxent le plus."

Et si la Belgique taxe autant, c’est pour surtout pour payer la protection sociale, les soins de santé, l’enseignement, la pension et plus globalement, pour faire tourner le pays.

Un taux de taxation trop élevé ?

Mais cette taxation est-elle bien dosée ? L’État coûte-t-il trop cher par rapport aux services qu’il apporte ? Ce sont les questions que se posent Bertrand Candelon et Typhanie Afschrift. "Les Hollandais et les Allemands sont moins taxés et ont moins de déficit que nous. Chez nous, la dette augmente malgré la taxation", nous explique l’économiste. "La courbe de Laffer qui lie le taux de taxation aux rentrées d’impôts montre que la taxation n’est plus efficace au bout d’un moment pour lancer l’activité. Je pense que la taxation en Belgique est trop élevée, les dépenses publiques ne sont plus efficaces."

Sur le même sujet : QR (23/02/2022)

QR le débat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

"L’indexation automatique des salaires, c’est magnifique mais il va y avoir des licenciements", estime David Clarinval

Economie

L'Ordre des architectes condamne la future réforme fiscale sur le droit d'auteur

Belgique

Articles recommandés pour vous