RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Les bateaux sous pavillon russe interdits depuis ce dimanche dans les ports belges

17 avr. 2022 à 05:00 - mise à jour 17 avr. 2022 à 18:38Temps de lecture2 min
Par Africa Gordillo & Agences

C’est ce dimanche 17 avril qu’entre en vigueur l’interdiction des navires battant pavillon russe dans les ports belges. L’interdiction d’accès concerne non seulement les bateaux sous pavillon russe mais également ceux ayant changé leur pavillon russe au profit d’un autre État après le 24 février, date du lancement de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe. C’est l’une des conséquences du cinquième paquet de sanctions prises par l’Union européenne à l’encontre de la Russie, le 8 avril dernier.

La mesure s’applique à quelque 6000 navires russes ou exploités par des Russes dans les ports belges d’Anvers, Zeebruges et Gand, a indiqué la semaine dernière le ministre belge de la Justice Vincent Van Quickenborne, également responsable de la Mer du Nord.

Récemment, le cabinet du ministre de la Mer du Nord, Vincent Van Quickenborne soulignait la très bonne collaboration avec les Pays-Bas et la France pour faire respecter ces sanctions. Les Affaires étrangères, la police maritime, la Défense, les douanes et le département flamand Mobilité et Travaux Publics entretiennent par ailleurs des contacts étroits avec les ports.

"Des consultations ont lieu régulièrement sous la houlette de la DG Navigation, dont une ce jeudi" a fait savoir le cabinet. C’est le Carrefour de l’Information maritime (MIK) qui supervisera l’application des sanctions en Belgique. Il établit des listes de navires sanctionnés et les envoie aux autorités portuaires. Lorsque le MIK sait qu’un navire russe arrive dans un port belge, le navire est suivi de près.

De nombreuses exceptions

Les règles européennes en matière de sanctions prévoient des exceptions afin que les navires visés puissent toujours accéder à un port. Pour cela, le MIK doit donner son accord sur demande et sur la base des informations des ports. "Les ports sont ensuite responsables du suivi", précise le cabinet.

"Et de poursuivre : "l’autorisation donnée est spécifique à ce navire, à ce port, avec cette cargaison à ce moment-là. L’autorisation doit être renouvelée pour chaque navire arrivant au port. Ce n’est pas parce qu’ils sont autorisés à entrer ailleurs en Europe qu’ils sont également autorisés à entrer en Belgique. Et ils ne sont autorisés à décharger que des marchandises pour lesquelles une autorisation a été donnée."

Il existe en effet de nombreuses exceptions, telles que l’achat, l’importation ou le transport dans l’UE de gaz naturel et de pétrole, et de tous les produits pharmaceutiques, médicaux, agricoles et alimentaires, y compris le blé et les engrais. L’accès à un port belge peut par ailleurs être accordé à des fins humanitaires. Le transport de combustible nucléaire et d’autres biens strictement nécessaires au fonctionnement de la capacité nucléaire civile est également possible, ainsi que l’achat, l’importation ou le transport vers l’UE de charbon et d’autres combustibles fossiles solides jusqu’au 10 août. 

Pour l’instant, une douzaine de navires russes en route vers les côtes de la Mer du Nord sont dans le radar des autorités belges. Seuls trois de ces bateaux seront interdits d'accès, compte tenu de toutes les exceptions en vigueur. 

L’Organisation des ports européens (ESPO, European Sea Ports Organisation) a insisté cette semaine sur la nécessité de prévoir du personnel suffisant dans les ports pour veiller à travers toute l’UE à une mise en œuvre uniforme des dernières sanctions visant la Russie.

​​​​​​​

Sur le même sujet

12 avr. 2022 à 07:30
Temps de lecture1 min
08 avr. 2022 à 16:33
Temps de lecture1 min

Articles recommandés pour vous