RTBFPasser au contenu
Rechercher

Musique - Rock

Les artistes africains s’imposent de plus en plus sur la scène musicale internationale

Depuis quelques années, Burna Boy connaît un véritable succès à l’international.
03 févr. 2022 à 14:44Temps de lecture2 min
Par AFP

L’industrie musicale a longtemps regardé de haut les artistes originaires du continent africain. Les choses ont évolué ces dernières années, comme en atteste la grande popularité de l’afrobeat et de chanteurs comme Burna Boy, Wizkid et Aya Nakamura.

Depuis l’année dernière, le monde semble connaître les paroles du titre de CKay, "Love, Nwantiti". Même celles en igbo, l’une des langues parlées au Nigéria. Ce n’est pas étonnant : cette chanson vieille de deux ans a été utilisée dans des millions de vidéos sur TikTok, inspirant son propre challenge de danse. Il n’en fallut pas plus pour qu’elle devienne l’un des titres les plus populaires de l’automne sur Spotify, Apple Music et tous les autres services de streaming musical. 

CKay - Love Nwantiti Remix ft. Joeboy & Kuami Eugene [Ah Ah Ah] (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

CKay n’est pas le seul artiste originaire d’Afrique dont la carrière décolle à l’international ces dernières années. Ses compatriotes nigérians Burna Boy et Wizkid connaissent le même succès hors du continent, tout comme le Sud-africain Master KG ou encore l’Algérien Soolking. Ainsi, les musiciens africains sont à l’origine de 0,5% des écoutes globales générées par les 10.000 artistes les plus populaires en 2021, selon un rapport de MCR Data.

Les featurings sont un formidable tremplin pour les propulser au rang de vedette internationale. La preuve avec Fireboy DML. Il a été convié à chanter quelques couplets en yoruba dans le remix de "Peru" d’Ed Sheeran. Une collaboration des plus fructueuses pour les deux artistes puisque le morceau est actuellement en deuxième position dans le hit-parade britannique. Wizkid et Tems ont également profité des retombées commerciales de leur apparition dans "Essence" de Justin Bieber. Le single a figuré pendant 24 semaines dans le prestigieux classement Global 200 de Billboard.

Fireboy DML & Ed Sheeran - Peru (Official Video)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Le phénomène afrobeats

L’afro-beat joue aussi beaucoup dans leur succès. Ce genre musical est l’héritier de l’afrobeat, rendu célèbre par la légende nigériane Fela Kuti à partir des années 1970. Cette nouvelle incarnation mélange autant les percussions et les rythmes traditionnels africains que le R’n’B, le hip-hop et l’électro. Elle infuse dans des tubes comme "Brown Skin Girl" de Beyoncé ou encore "One Dance" de Drake, qui a longtemps été le morceau le plus écouté de tous les temps sur Spotify.

En quelques années, ce genre musical "made in Nigeria" a réussi à conquérir la planète. Près d’un tiers des mélomanes français et allemands en écoutent régulièrement, selon MCR Data. Mais ce sont les Brésiliens qui en sont le plus friands (39%). L’afro-beat s’attire les faveurs de tous les amateurs de musique, indépendamment de leur genre ou leur âge. Il est aussi populaire chez les Italiens âgés de 13 à 23 ans que les 24-30 ans, d’après les données de MCR Data. Seuls les mélomanes les plus seniors semblent peu sensibles à ces sonorités de l’Afrique de l’Ouest.

Face à l’ampleur du phénomène, les maisons de disque se tournent de plus en plus vers l’Afrique à la recherche de nouveaux talents à propulser à l’international. Universal Music Group a ouvert une succursale au Nigéria en 2018, tandis que Sony Music Entertainment s’est installé à Johannesburg en Afrique du Sud.

Les services de streaming intensifient, eux aussi, leurs efforts pour conquérir le continent. Spotify est accessible depuis novembre dernier à Congo-Brazzaville, en République démocratique du Congo mais aussi en Libye et en Irak. Cette expansion est loin d’être anodine : les revenus du streaming musical dans le continent ont augmenté de 36,4% en 2020. Ceux de la musique enregistrée ont connu une hausse de 8,4% la même année. Preuve, s’il le fallait encore, que le futur de la musique se trouve en Afrique.

Sur le même sujet

Il n’y a pas que Vincent Van Gogh ou la Vénus de Milo dans la vie

Bruxelles Matin

Écoutez de la musique pendant 13 minutes pour être moins stressé

Psychologie

Articles recommandés pour vous