RTBFPasser au contenu

Les anciennes décharges, une opportunité économique ?

A Onoz, sur la commune de Jemeppe-sur-Sambre, des tests sont effectués en ce moment dans une ancienne décharge.
20 juin 2018 à 08:23 - mise à jour 20 juin 2018 à 08:231 min
Par Nicolas Lejman

Les anciennes décharges seront-elles un jour source de revenus ? Et va-t-on bientôt les exploiter comme des mines ?

C'est une technique qui s'appelle le "landfill mining". Autrement dit : récupérer et revaloriser les déchets enfouis dans le sol, des déchets qui datent d'une époque où on ne les recyclait pas ni les revalorisait pas.

Cela dit, pour retrouver ces matériaux qui pourraient être exploitables, il faut d’abord les localiser. Et pour cela, on teste des techniques. Notamment à Onoz, sur la commune de Jemeppe-sur-Sambre, dans une ancienne décharge.

Quels types de déchets ? Que peut-on en faire ?

On y trouve de tout. Ça peut être du plastique, du métal, du bois ou encore de la chaux qu'on pourrait réutiliser pour faire du béton.

Le problème, c'est que si vous creusez aujourd'hui dans une décharge, vous ne savez jamais vraiment ce que vous allez trouver. Pendant des décennies, on a laissé faire. C'est pour ça que le "landfill mining" n'intéresse pas les investisseurs, il y a trop d'incertitudes par rapport au gain potentiel.

Pourtant, il y a une méthode qui permet de savoir ce qu'il y a exactement dans le sol des décharges. Un peu comme un sonar, on envoie un courant électrique et en fonction de la réponse qui est renvoyée, on peut savoir ce qui s'y trouve, parce que tous les matériaux ne conduisent pas l'électricité de la même façon.

Un peu comme un sonar, on envoie un courant électrique et en fonction de la réponse qui est renvoyée, on peut savoir ce qui se trouve enfoui dans le sol.
Un peu comme un sonar, on envoie un courant électrique et en fonction de la réponse qui est renvoyée, on peut savoir ce qui se trouve enfoui dans le sol. RTBF

Si on sait ce qu'on va trouver et dans quelle quantité, on peut facilement faire un calcul et savoir si oui ou non il sera rentable d'aller récupérer ces matériaux.

C'est cette méthode géophysique qui est testée en ce moment à Onoz dans le cadre de Rawfill, un vaste projet européen. L'objectif est d'établir une liste de toutes les décharges susceptibles d'être réhabilitées.

La Wallonie compte plus d'un millier d'anciennes décharges qui pourraient donc se transformer en opportunité économique.

L'objectif poursuivi est d'établir une liste de toutes les décharges susceptibles d'être réhabilitées.
L'objectif poursuivi est d'établir une liste de toutes les décharges susceptibles d'être réhabilitées. RTBF

Articles recommandés pour vous