Chronique cinéma

Les Amandiers de Valeria Bruni-Tedeschi, un film puissant sur la fougue de la jeunesse au cœur de l’école de théâtre de Patrice Chéreau et Pierre Romans

Nadia Tereszkiewicz et Sofiane Bennacer dans le film Les Amandiers de Valeria Bruni-Tedeschi

© Ad Vitam Production – Agat Films et Cie – Bibi Film TV – Arte France Cinéma (2022)

16 nov. 2022 à 10:27Temps de lecture3 min
Par Nicolas Buytaers

Nicolas Buytaers nous propose une nouvelle sortie au cinéma : Les Amandiers, un film nous plongeant dans les années 80 au cœur d’une école de théâtre, réalisé par Valeria Bruni-Tedeschi. Il nous propose également deux séances de rattrapage en DVD.

Chronique cinéma

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Nous sommes à la fin des années 80 et nous suivons les aventures de Stella, Etienne — fou amoureux de Stella — Adèle et bien d’autres dans le Saint des saints de l’art dramatique, la célèbre école du théâtre des Amandiers, créée par Patrice Chéreau et Pierre Romans. Les personnages ont 20 ans et la vie devant eux. Ils ont plus que jamais l’envie, le désir, la passion qui brûle en eux… la passion pour devenir de grands comédiens. Alors ils vont se jeter à corps perdu dans le travail, dans l’art de jouer… quitte à se perdre, à ne plus savoir qui on aime. Et puis les années 80 ce sont aussi les années Sida et quand on est jeune et qu’on aime, rien n’est simple.

Les Amandiers est un film sur la jeunesse, sur cette fougue, sur cette vie qui défile à toute allure. Ce film, on le doit à Valeria Bruni Tedeschi qui nous raconte sa propre vie, sa jeunesse au théâtre des Amandiers, là où elle a côtoyé d’autres futurs grands comme Agnès Jaoui ou Vincent Perez. Si ce film pose un regard touchant sur cette jeunesse… qui pourrait être celle d’aujourd’hui, il n’est pas nostalgique. Bruni Tedeschi n’est pas en train de dire que c’était mieux avant mais elle dépeint toutes nos aspirations, nos rêves de grands qu’on a pensés si fort et si éveillés. Son film est à la fois dur, puis drôle mais quoi qu’il arrive, il reste toujours plein d’enthousiasme !

Loading...

Vortex de Gaspar Noé en DVD

Vortex suit le quotidien d’un vieux couple d’amoureux de plus de 80 ans. S’ils ont l’air heureux comme ça, ils souffrent énormément. D’abord parce qu’elle est atteinte d’Alzheimer. Parfois, elle ne reconnaît plus son mari, parfois elle ne sait plus ce qu’elle fait. Brillante psychiatre à la retraite, elle s’auto-prescrit des médicaments. Ce qui n’arrange pas son mari, perdu et désespéré de voir celle qu’il aime depuis tant d’années devenir de plus en plus sénile. Alors, ce père et cette mère pourraient compter sur leur fils mais lui aussi, il ne va pas bien. Seule l’entraide et la solidarité pourraient apaiser cette famille.

Drame amoureux et familial, Vortex est une réalisation de Gaspard Noé à qui l’on doit également Love (un magnifique film d’amour en 3D), Enter the void (un hallucinant voyage sous psychotropes) et Irréversible (l’histoire d’un viol monté à l’envers). Noé est un réalisateur qui aime les émotions, qui aime les films sans nul autre pareil et qui surtout aime bouleverser, déranger, secouer le spectateur dans ses habitudes. Il travaille l’image, la mise en scène comme peu de monde. Ici, pour Vortex, non seulement il s’attaque à des thèmes difficiles et encore un peu tabous comme la vieillesse, la maladie, la mort ou la santé mentale mais en plus, il le fait via une technique de split screen. Dès les premières images de son film, il divise l’écran et propose en simultané la vie du père et la vie de la mère avec une caméra qui suit l’un et l’autre. Il sépare pour mieux réunir.

Visuellement prenant, émotionnellement fort, Vortex est aussi idéalement interprété par Dario Argento (grand réalisateur italien spécialisé dans le film d’horreur), Françoise Lebrun (également réalisatrice de documentaires) et Alex Lutz, véritable acteur caméléon ! Un film à voir ou à revoir en DVD, chez Paradiso Films.

Loading...

Decision to Leave de Park Chan-wook en DVD

Dans cette histoire, Hae-Joon est détective. Il enquête sur la mort étrange d’un homme en haut d’une montagne en Corée du Sud. Alors que notre détective soupçonne la femme du défunt d’être l’auteure de ce crime, il en tombe amoureux.

Faux polar ou véritable drame amoureux ? Terrible thriller ou belle descente aux enfers ? Ne tentez pas de choisir un style car ce film Decision to leave est un peu tout cela à la fois. Son réalisateur, l’excellent Park Chan-Wook qui nous a déjà offert Old Boy, Snowpiercer, ou encore Sympathy for Mister Vengeance, aime détourner les codes des genres. Ses films sont toujours aussi beaux et élégants. Avec cette petite pointe de mélancolie qui fait qu’on se laisse toujours avoir, qu’on s’abandonne et qu’on en sort bouleversé ! Un film Prix de la mise en scène à Cannes cette année, à voir en DVD chez Cinéart.

Loading...

Sur le même sujet

Plus d’un milliard de jeunes dans le monde risquent une perte auditive

Tipik

Articles recommandés pour vous