RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Les abandons de chiens explosent avec la fin du confinement et l’approche des vacances

Les abandons de chiens explosent.
30 mai 2022 à 17:17Temps de lecture3 min
Par Eric Boever avec Isabelle Huysen

Les vacances d’été approchent et la crise du Covid semble être derrière nous, autant de bonnes nouvelles que ne partagent pas nécessairement les animaux de compagnie. Plusieurs refuges pour chiens lancent un appel, ils affichent complets tellement les abandons se multiplient. Une loi sur l’adoption des animaux va entrer en vigueur le 1er juillet en Wallonie mais les sociétés protectrices des animaux n’en attendent pas des miracles. En attendant, elles sont débordées, nous sommes allés le vérifier à La Louvière et Charleroi.

Davantage d’abandons et un manque d’adoptions : les refuges pour chiens sont saturés

Gaëtan Sgualdino dirige la S.P.A. de La Louvière, il n’a jamais vu ça : "C’est une situation inédite parce qu’on fait face à des abandons qui augmentent mais aussi face à un terrible manque d’adoptions. Normalement, il y a du roulement, chaque chien qui est adopté libère une place qui doit nous permettre d’accepter un chien abandonné, mais là on est saturé, toutes nos cages sont occupées et comme on ne pratique pas l’euthanasie, on ne peut plus accueillir de nouveaux chiens. Concrètement, si quelqu’un vient pour nous céder son chien, on doit refuser, surtout pour les grands chiens. Pour les petits, nous avons des familles bénévoles qui acceptent de les héberger en attendant une adoption définitive, mais pour les grands comme les Staff ou les Malinois qui ont davantage d’exigences, on est bloqué."

Une situation qui dure depuis des semaines voire des mois. "On subit de plein fouet les effets du confinement. Quand ils étaient coincés chez eux, les gens ont adopté un compagnon et aujourd’hui, non seulement il y a ceux qui renoncent mais nous n’avons plus de nouveaux candidats adoptants. Même pour les petits chiens comme les Chihuahua qui partaient en quelques jours, il faut maintenant attendre des semaines, alors ne parlons pas des grands !"

« C’est malheureusement la saison où on se débarrasse de son animal avant les vacances »

À la S.P.A. de Péruwelz, on confirme la crise. On se dirige vers le cap des 150 abandons de chiens depuis le début de l’année. Rien que la semaine passée, il y en a eu 10, et parfois des chiens de race comme des huskys ou des beagles.

Idem à Charleroi où Nathalie Van Namen, l’adjointe à la direction, est dépitée : "C’est malheureusement la période critique de l’année, les vacances approchent et les gens trouvent leur chien encombrant alors ils l’abandonnent. Mais comme de nombreux autres refuges, nous sommes complets, en tout cas pour les grands chiens. Nous avons des appels téléphoniques tous les jours et nous devons refuser."

Laurie Pardoen est bénévole à la S.P.A. de La Louvière, elle découvre une réalité un peu décourageante : "Les grands chiens mettent des mois, voire des années à trouver une famille adoptive. C’est bien simple, le pensionnaire le plus âgé du refuge est là depuis 5 ans. Par contre, les petits ont davantage de chance de partir rapidement, surtout les chiots. Pour les autres, c’est très compliqué."

Bientôt un permis pour adopter un animal, ça va changer quoi ?

Dès le 1er juillet, il faudra un certificat pour pouvoir adopter un animal en Wallonie. Alicia Monard, l’échevine du bien-être animal à Charleroi, a choisi un jeu de mots pour expliquer en quoi cela consiste : "Il faudra désormais montrer patte blanche pour adopter un animal. Ce certificat, on ira le chercher à la commune, il n’y aura pas de formalité ni d’exigence particulière, il sera attribué à tout le monde sauf aux personnes connues pour des faits de maltraitance animale. Les propriétaires actuels de chiens ne devront pas nécessairement posséder une version papier de ce permis, ils l’auront de base, par contre si on constate qu’un maître se montre malveillant envers son animal, par exemple après une plainte, on pourra lui retirer son certificat et donc son animal. Disons que c’est surtout un outil de conscientisation pour garantir des adoptions responsables, c’est une assurance supplémentaire que les personnes voulant adopter un chien sont dotées des facultés et de la bienveillance nécessaires pour s’occuper d’un animal."

Un certificat qui rassure Gaëtan Sgualdino, de la S.P.A. de La Louvière : "J’espère que ce permis va empêcher les adoptions impulsives, qu’on va arrêter de voir des gens ressortir d’une animalerie avec un chiot sous le bras. On n’achète pas un animal sur un coup de tête, qu’il s’agisse d’un chien, d’un chat, d’un lapin ou de n’importe quel autre être vivant. Avec le certificat, l’adoption sera un petit peu plus contraignante pour tout le monde, dans les animaleries, les élevages et même les refuges mais c’est le prix à payer pour responsabiliser les adoptants. Cela dit, soyons réalistes, l’effet positif se fera sentir à moyen ou à long terme, cela ne réglera en rien la situation critique que nous connaissons actuellement dans les refuges."

Société protectrice des animaux / des refuges complets

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Une entreprise sud-coréenne développe un collier qui traduit les émotions de votre chien

Vivacité

Vacances d'été : les pensions pour chiens affichent déjà "complet"

Regions

Articles recommandés pour vous