Cinéma

Les 60 ans de 007 au cinéma

Pour vous, qui est le meilleur James Bond ?

© (EON Production)

Des chiffres pour un héros de lettres. Le compte est bon pour James Bond imaginé par l’auteur britannique Ian Fleming en 1953 et adapté au cinéma en 1962. Un agent secret qui célèbre donc sur grand écran 006 décennies d’aventures, d’exotisme et de conquêtes… à commencer par celle du public !

My name is Bond, James Bond !

Vous connaissez cette réplique, l’une des plus célèbres (si pas la plus célèbre) de l’Histoire du Cinéma. Une réplique entendue pour la première fois le 5 octobre 1962. C’était donc il y a 60 ans (d’ailleurs le 5 octobre est aujourd’hui considéré comme étant le James Bond Day en VO ou la Journée internationale de James Bond en VF), à l’occasion de la sortie en salles d’un petit film d’espionnage sans réelles grandes vedettes. Son titre ? "James Bond contre Dr No" ! Comment ça, James Bond est un héros de série B, pourriez-vous vous dire après la lecture de ceci. Bah oui quand même… mais seulement au début car, finalement, la suite vous l’avez tous en tête. Son succès fût tel que l’agent secret est devenu le héros d’une saga on ne peut plus rentable.

Loading...
Pour célébrer cet anniversaire, revenons, le temps d’un article, sur quelques chiffres… et non pas sur Le Chiffre, l’un des méchants opposés à 007 ! Justement, ce 007 signifie beaucoup. Comme il est répété dans les films, le premier zéro de ce matricule indique que Bond a l’autorisation de tuer. Le second zéro nous apprend qu’il l’a déjà fait. Quand au 7, il classe à cette même position l’agent dans sa section. Notez que c’est aussi expliqué dans les livres de l’auteur britannique Ian Fleming, l’homme au stylo en or grâce à qui tout a démarré en 1953 quand il publie "Casino Royale" (avec un "e" car il s’agit du casino d’une station balnéaire française – et fictive – Royale-Les-Eaux). D’ailleurs tout ce que vous trouvez au cinéma, Fleming l’avait écrit dans ses livres. Comme notre fameuse réplique de début d’article "My name is Bond". Dans "Casino Royale", Bond croise la route de l’agent américain Felix Leiter. Celui-ci se présente et 007 réplique : "Le mien est Bond, James Bond." Dans son livre "Goldfinger" (publié en 1959), c’est un certain Monsieur Du Pont qui introduit notre héros auprès de Goldfinger par ces mots : "J’aimerais vous présenter Bond, James Bond." Dans le roman "Docteur No" (de 1957), il est écrit un "Bond, James Bond" ! Quant aux histoires intitulées "Thunderball" (1961), "L’espion qui m’aimait" (1962) et "Octopussy" (publiée en 1966 à titre posthume), la punchline "Mon nom est Bond, James Bond" est clairement imprimée (une réplique influencée par le succès des premiers films).
 
Loading...

Au cinéma, ils sont pour l’instant 6 acteurs à avoir incarné 007. Et vous avez tous votre préféré, que ce soit Sean Connery (à jamais le premier), George Lazenby (l’Australien au service secret de sa Majesté), Roger Moore, Timothy Dalton (le plus shakespearien), Pierce Brosnan (le dandy) et Daniel Craig (le James Blonde). À ceux-là, il faut encore ajouter Barry Nelson (un américain, shocked) qui joua Bond dans le téléfilm "Casino Royale" proposé en 1954 et David Niven en Bond retraité dans… "Casino Royale" sorti en 1967 !

Loading...

Autres chiffres, autres informations… Plus haut, je vous parlais du permis de tuer de James Bond. Vous devez savoir que "GoldenEye" est le film où 007 tue le plus de monde avec 47 morts. À l’opposé, vous retrouvez "L’homme au pistolet d’or" où il ne tue qu’une seule personne, à savoir Scaramanga… l’homme au pistolet d’or. Pierce Brosnan a été le Bond le plus meurtrier avec 34 tués en moyenne par film. Suivent Craig avec 30, Moore avec 13, Connery et Dalton avec 12, Lazenby avec 5 (en un film).

Loading...
Mais il n’y a pas que la mort dans les Bond, il y a aussi de… l’amour (ou presque). Vous vous régalerez peut-être d’apprendre que Connery, Moore, Lazenby et Brosnan ont séduit 3 James Bond Girls (en moyenne par film), Dalton et Craig seulement 2 ! Reste encore à savoir lequel boit le plus ? Qui a consommé un nombre excessif de Martini ? Craig avec 12 ! Puis, il y a Brosnan avec 5, Connery avec 4, Dalton avec 3, Moore avec 2 et Lazenby avec 1 cocktail seulement de commandé. Pour tout le reste, et pour cet anniversaire, toute cette saga est à (re) vivre sas modération !
 

Inscrivez-vous à la newsletter à la Chronique de Hugues Dayez

Chaque mercredi, recevez dans votre boîte mail la chronique du spécialiste Cinéma de la RTBF sur les sorties de la semaine.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous