Classic 21

Les 50 ans de "Foxtrot" de Genesis

© © Tous droits réservés

Quatrième album de Genesis, il est un des meilleurs de l’époque "Peter Gabriel" de la formation. On y retrouve notamment l’épique "Supper’s Ready". Retour sur la création d’un album légendaire sort il y a 50 ans…

Ne manquez pas non plus notre Time Machine spécial ce jeudi 6 octobre consacré à cet album emblématique.

Foxtrot suit d’un peu moins d’un an l’album précédent, Nursery Crime d’excellente facture déjà (on y retrouvait notamment le titre "Musical Box"), mais avec Foxtrot, Genesis va véritablement atteindre les sommets du rock progressif des années 70.

Changement d’équipe de production

Pour faire évoluer ses sonorités et grandir, le groupe sait qu’il doit changer l’équipe qui l’entoure. Ainsi, à partir de cet album, Genesis interrompt sa collaboration avec John Anthony qui avait produit les deux albums précédents (Trespass et Nursery Crime).

C’est sous l’influence de Paul Samwell-Smith, le bassiste des Yardbirds, que groupe prend conscience de ce besoin, de ce changement de son indispensable pour le futur album…

Peter Gabriel :

Pour l’album suivant, nous cherchions un nouveau producteur, nous pensions que nous rendions mieux en live et que cela ne se percevait pas dans les albums.

C’est d’abord un certain Bob Potter qui est pressenti pour produire Foxtrot.

Potter a déjà une sacrée réputation. En plus de son travail avec le groupe folk-rock Lindisfarne, il a eu l’occasion de travailler sur quelques albums de Simon & Garfunkel.

Gros problème cependant, non seulement Potter ne s’entend pas bien avec le groupe (et principalement pas avec le claviériste Tony Banks) mais en plus il n’aime vraiment pas la musique de Genesis. Le seul musicien que Bob Potter apprécie, c’est le guitariste Steve Hackett avec qui il enregistre d’ailleurs le morceau instrumental "Horizons" (la seule véritable contribution de Potter à l’album).

C’est donc David Hitchcock qui prend alors la place de Bob Potter. Hitchcock lui, aime beaucoup la musique progressive – il vient tout de juste de terminer un album avec Caravan (l’un des groupes phares de l'"école de Canterbury") – et apprécie la musique de Genesis.

Hitchcock est assisté par l’ingénieur du son John Burns. Si Hitchcok est assez taiseux et distant, John Burns, est lui, un bon vivant, quelqu’un de très amusant qui sait détendre l’atmosphère quand c’est nécessaire (à l’instar du producteur John Anthony sur les albums précédents).

C’est aussi John Anthony qui va d’une certaine façon rassurer Steve Hackett, qui n’est pas trop à l’aise au début de l’enregistrement de l’album et envisage même de quitter le groupe.

Steve Hackett :

J’avais envisagé de quitter le groupe au début de Foxtrot. J’étais très fatigué, et le premier jour de l’enregistrement, je me suis dit ‘Je ne me sens pas capable ; ces types sont trop bons’. Je leur ai dit ‘Je ne pense pas apporter quoique ce soit à votre musique' mais ils m’ont répondu ‘Mais non, nous, on aime beaucoup ta façon de jouer. Et je suis resté…

De gauche à droite : Phil Collins, Mike Rutherford, Tony Banks, Peter Gabriel et Steve Hackett (1972).
De gauche à droite : Phil Collins, Mike Rutherford, Tony Banks, Peter Gabriel et Steve Hackett (1972). Getty Images/Michael Ochs Archives
Loading...

Genesis ‘’Foxtrot’’ 1972

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Supper’s Ready, l’un des plus grands moments du rock progressif

La pièce maîtresse de cet album est sans aucun doute "Supper’s Ready", un morceau qui occupe toute la face B du vinyle d’origine (avec une durée de près de 23 minutes).

"Supper’s Ready" est composé principalement dans un des locaux de l’école de danse d’Una Billings, qui faisait office de salle de répétition pour Genesis. C’est Phil Collins, Tony Banks et Mike Rutherford qui ont écrit ensemble le cœur du morceau en l’absence de Gabriel. Des éléments sont ajoutés à ce squelette de morceau dont notamment une chanson que Peter Gabriel avait écrite au piano et qui s’intitulait alors "Willow Farm". Cette chanson sera donc intégrée dans "Supper’s Ready" (juste après la section "A Flower ?")

Steve Hackett :

Quand nous avons eu terminé Supper’s Ready, je n’étais pas certain qu’un aussi long morceau serait apprécié. Le public allait certainement penser que nous étions ‘stone’, pourtant on ne prenait pas d’acide, on ne se droguait pas. On se 'shootait' juste à la bière, au vin et à l’Earl Grey. Je pensais vraiment que tout allait être fini avec ce morceau, que personne n’allait l’aimer, que la maison de disques nous virerait et que nous disparaîtrions dans un trou noir. Je me suis trompé sur toute la ligne, et je n’ai jamais été aussi content de me tromper : ce morceau a fini par devenir l’hymne du groupe

Loading...

Tracklist :

1) Watcher of the Skies (7:22)

2) Time Table (4:47)

3) Get 'em Out by Friday (8:36)

4) Can-Utility and the Coastliners (5:46)

5) Horizons (1:43)

6) Supper’s Ready (22:52)

Sur le même sujet

Un nouveau livre sur Genesis

Journal du Rock

Phil Collins et Genesis vendent leur catalogue à leur tour

Journal du Rock

Articles recommandés pour vous