Monde Europe

Les 10 dates-clé de la campagne électorale française (vidéos)

Les 10 dates-clé de la campagne électorale française (vidéos)

© CHRISTOPHE PETIT TESSON - AFP

15 juin 2017 à 15:17 - mise à jour 15 juin 2017 à 15:17Temps de lecture6 min
Par Marc Sirlereau

Dimanche, ce sera le deuxième tour des élections législatives. L'étape finale d'une campagne qui aura duré près d'un an. Une campagne hors-norme marquée par des suprises et des rebondissements en permanence.

- 16 novembre 2016: annonce de la candidature à la présidentielle d'Emmanuel Macron

Ce jour-là, fin d'un faux suspense. Emmanuel Macron se rend dans un centre d'apprentissage à Bobigny dans la banlieue parisienne pour annoncer sa candidature. Tout était prêt depuis des semaines.

La date choisie a été pensée. Quelques jours avant le premier tour de la primaire de droite. Une primaire indécise et qui divise. Emmanuel Macron veut aussi prendre de court les socialistes. A ce moment-là, c'est toujours l'incertitude concernant la candidature de François Hollande.

Emmanuel Macron avait, en fait, officiellement lancé sa campagne lors d'un meeting le 12 juillet dans la salle de la Mutualité à Paris, lieu symbolique pour la gauche. Dans la foulée, il comptait annoncer sa démission comme ministre de l'Economie. Mais tout a été chamboulé par l'attentat de Nice le 14 juillet.

Emmanuel Macron, qui se veut de gauche et de droite, se doit d'attendre. Le contexte ne se prête pas à cette démission. Il attendra le 30 août pour passer à l'acte.

France: Macron annonce sa candidature

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

- 20 novembre 2016: premier tour de la primaire de droite, François Fillon crée la surprise

Depuis des mois, un homme est présenté comme le grand favori de cette primaire de droite et même de l'élection présidentielle. C'est Alain Juppé, le maire de Bordeaux, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

Mais deux jours avant le premier tour, en meeting à Lille, Alain Juppé ne remplit pas la salle. Et parmi les personnes présentes, beaucoup disent ne pas savoir pour qui ils vont voter et parmi les commentaires entendus: "Il est âgé", "Il est mou", "Trop centriste". Alain Juppé n'est plus perçu comme le favori.

Et le dimanche 20 novembre, celui qui arrive largement en tête, c'est François Fillon. Une surprise de taille. Les sondages ne l'avaient pas vu. François Fillon, l'ancien Premier ministre, devance Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.

Pour l'ancien président de la République, c'est fini. François Fillon a pourtant un programme socio-économique très dur et très à droite: fin des 35 heures, suppression de l'impôt sur la fortune et suppression de 500 000 postes de fonctionnaires.

Le dimanche suivant, il bat largement Alain Juppé. François Fillon sera le candidat de la droite et du centre. Et dès cette victoire, il est désormais le grand favori de l'élection présidentielle.

Discours de victoire de François Fillon

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

-1er décembre 2016: François Hollande ne se représente pas

C'est une demi-surprise vu le peu de popularité de François Hollande. Mais l'homme est réservé et secret. Et peu de gens connaissent sa décision lorsqu'on annonce son allocution télévisée.

Dans son intervention, François Hollande dresse un bilan plutôt positif de son mandat. Il expliquera seulement que sa principale erreur a été la déchéance de nationalité.

Et puis, à la fin de son intervention, François Hollande annonce qu'il ne sera pas candidat, candidat à la primaire de gauche qu'il avait acceptée. Quelques jours plus tard, Manuel Valls, son Premier ministre, qui en rêve, annonce, lui, sa candidature.

REPLAY. François Hollande : "J'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

- 22 janvier 2017: premier tour de la primaire de gauche, Benoît Hamon est en tête

Chez les socialistes, avant ce premier tour, le grand favori de la primaire, c'est Manuel Valls. Il veut apparaître comme un socialiste réformiste, rigoureux et grand défenseur de la laïcité. Il ne doute pas vraiment de sa victoire.

Et éventuellement, pense-t-il, son seul adversaire, c'est Arnaud Montebourg, l'ancien ministre du redressement productif, qui "avait été démissionné" en août 2014 car il trouvait la politique de Manuel Valls trop à droite. Mais ce 22 janvier, la surprise vient de Benoît Hamon.

Un frondeur qui a aussi été ministre de Manuel Valls et qui "avait aussi été démissionné" de son gouvernement car il trouvait également la politique de Manuel Valls trop à droite.

Benoît Hamon gagne facilement cette primaire. Un succès que les sondages n'avaient pas vu venir non plus. Mais au soir du deuxième tour, on sent déjà la division... irrémédiable au PS.

Pour les pro-Valls: "Pas question de soutenir le frondeur Benoît Hamon."

Qui est Benoit Hamon ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

- 25 janvier 2017: François Fillon rattrapé par les affaires

Le Canard Enchaîné sort une bombe. Pénélope Fillon aurait travaillé fictivement pour son mari durant des années comme assistante à l'Assemblée nationale. Pour François Fillon, qui est alors toujours le grand favori dans les sondages, c'est le début de la fin.

La justice ouvre une information judiciaire, les révélations se poursuivent et François Fillon est mis en examen. Sa défense est toujours la même: "Il y a un complot de la justice et des médias. Un cabinet fantôme à l'Elysée organise tout. Je n'ai rien à me reprocher."

Au fil des jours, François Fillon baisse dans les sondages, son camp se divise et songe à un plan B mais François Fillon s'accroche.

- 22 février 2017: François Bayrou soutient Emmanuel Macron

François Bayrou, le président du Modem, parti centriste, avait laissé planer le suspense. Il n'excluait pas l'idée de se présenter une nouvelle fois à la présidentielle. Mais dans les sondages, il ne passait pas la barre des 5%. 

Il décide alors de ne pas être candidat et de soutenir Emmanuel Macron. Un tournant dans la campagne. François Fillon est alors en baisse. Et Emmanuel Macron bondit alors devant lui. François Bayrou ne le reconnaîtra pas mais dans cette alliance, il s'est notamment assuré d'avoir en retour un nombre assez conséquent de députés Modem.

- 23 avril 2017: Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont en tête au premier tour de la présidentielle

Le résultat confirme les sondages donnés depuis deux mois. Emmanuel Macron, avec 24% et Marine Le Pen, avec 21%, se qualifient pour le deuxième tour de la présidentielle.

François Fillon n'obtient que 19% et Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, qui n'a cessé de progresser au fil du temps, jusqu'à croire possible une présence au second tour, obtient aussi 19%.

Benoît Hamon, le candidat socialiste, ne réalise que 6%. Première leçon du scrutin, les candidats des deux partis qui dominent la vie politique française depuis des décennies, le PS et les Républicains, sont éliminés dès le premier tour.

Résultats du premier tour des élections législatives en France

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

- 3 mai 2017: Marine Le Pen rate complètement son débat face à Emmanuel Macron

Marine Le Pen, la candidate du Front national, veut y croire après le résultat du premier tour. Elle ouvre une brèche dans le Front républicain qui consiste à faire barrage à l'extrême-droite. Elle noue une alliance avec Nicolas Dupont-Aignan, député de droite souverainiste. Une alliance qui la desservira très rapidement car lui, ne veut pas de la sortie de l'Euro.

Et du coup, Marine Le Pen change de position et rendra aussi,sur ce sujet, sa ligne incompréhensible.

Et le 3 mai, lors du débat, Marine Le Pen est mauvaise. Son ton est agressif, elle manque clairement de hauteur et de précision. Du pain bénit pour Emmanuel Macron.

Ce soir-là, plus de suspense du tout. Emmanuel Macron est désormais le grand favori de l'élection présidentielle.

Débat Emmanuel Macron - Marine Le Pen : les moments clés

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

- 7 mai 2017: Emmanuel Macron est élu président de la République

Emmanuel Macron, à 39 ans, devient président de la République avec 66% des voix. Un score historique. Seul Jacques Chirac a fait mieux que lui en 2002 avec 82% face à Jean-Marie Le Pen.

Et un parcours incroyable. En août 2014, lorsqu'il devient ministre de l'Economie, très peu de Français connaissent Emmanuel Macron et moins de 3 ans plus tard, il devient le nouveau président.

Mais on retiendra aussi que dix millions de Français ont voté pour Marine Le Pen, que 25% des Français se sont abstenus et que 4 millions d'électeurs ont voté blanc et nul.

Emmanuel Macron élu Président de la République Française

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

- 11 juin 2017: La République en marche remporte le premier tour des législatives

Avec 32% des voix, le mouvement d'Emmanuel Macron remporte largement le premier tour des élections législatives. Et ce n'est pas une surprise.

Les Français confortent toujours le résultat de la présidentielle en donnant une large majorité à celui qu'ils ont élu. Ce fut le cas de Mitterrand en 1981, de Sarkozy en 2007 et de Hollande en 2012.

Emmanuel Macron a aussi réussi le début de son mandat. Il a mis sur pied un gouvernement où l'on retrouve des personnalités venant de la droite comme Edouard Philippe, le Premier ministre, des personnalités venant de la gauche comme Jean-Yves Le Drian et il a même été chercher l'écologiste le plus médiatique de France, Nicolas Hulot.

Dimanche, pour le second tour des législatives, les sondages prédisent plus de 400 sièges sur 577 aux candidats d'En Marche. Une très large majorité absolue. Mais au premier tour, nouveau record, plus de 51% des Français n'ont pas été voté.

Sur le même sujet