La Récré de Midi

Léopold II : un historien fait des révélations accablantes sur sa vie sexuelle tumultueuse

Léopold II : des révélations sur les scandales de sa vie sexuelle

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

24 août 2021 à 13:46 - mise à jour 24 août 2021 à 13:51Temps de lecture3 min
Par VivaCité

L’historien néerlandophone Bram Bombeek revient sur la vie intime de Léopold II dans les colonnes d’Het Laatste Nieuws. Cindya Izzarelli commente ces révélations dans son Actu people.

Dire que l’histoire du régime colonial de Léopold II a causé des remous dans la presse relève de l’euphémisme, tant les exactions avérées par les colons belges sur les autochtones dans l’État Indépendant du Congo ont défrayé la chronique internationale.

Au-delà de sa figure controversée de roi des Belges, Léopold II a aussi fait couler beaucoup d’encre pour un sujet plus méconnu de la recherche : sa vie affective et sexuelle. L’historien Bram Bombeek, spécialiste de la vie intime du monarque, relate dans Het Laatste Nieuws plusieurs scandales de celui qui régna sur la Belgique entre 1865 et 1909, après la découverte d’un quai secret dans le quartier de Zurenborg à Anvers qui aurait servi à ce dernier pour rejoindre incognito une de ses maîtresses.

Client dans un bordel de mineures

Marié à 18 ans à Marie-Henriette d’Autriche, Léopold aimait beaucoup les femmes. Il a d’ailleurs régulièrement fait des infidélités à son épouse.

Il espérait en effet obtenir son héritier mâle que cette dernière n’a jamais été en mesure de lui donner, jusqu’à même fréquenter les maisons closes. Bram Bombeek cite notamment l’exemple de son passage dans un lieu de plaisirs londonien… dans lequel des clients fortunés satisfaisaient leurs besoins avec des filles de 12 ans.

Le nom du roi belge est repris dans les registres et la tenancière de l’établissement à l’époque, Mary Jeffries, aurait confirmé les régulières visites de Léopold II après une arrestation. La rumeur circule difficilement dans la presse belge. Il s’agissait d’un secret d’État bien gardé.

Il a multiplié les maîtresses

Le souverain belge a aussi courtisé un grand nombre de femmes durant sa vie. Certaines relations extra-conjugales étaient même de notoriété publique.

Il a ainsi partagé des moments intimes avec la danseuse Cléo de Mérode, mais aussi l’aristocrate bruxelloise Maude d’Estève et bien entendu la plus célèbre : la Française Blanche Delacroix. Cette dernière n’avait que 16 ans quand elle rencontre Léopold II en 1900 à Paris, qui avait déjà passé la soixantaine.

Un mariage morganatique est même organisé entre les deux tourtereaux en 1909, peu de temps avant la mort du deuxième roi des Belges. Deux garçons sont également nés de cette union mais aucun ne pourra prétendre au trône.

Bram Bombeek cite également l’historien britannique Adam Hochschild qui assure à l’époque que Blanche n’était pas si claire que cela. Elle aurait déjà été mariée à Antoine Emmanuel Durrieux, un officier de l’armée accro au jeu. Ce dernier aurait même régulièrement vendu le corps de sa femme pour servir ses propres finances. Un passé sulfureux à prendre toutefois avec des pincettes : l’historien britannique, auteur du best-seller Les Fantômes du roi Léopold, un holocauste oublié, en 1998, a été décrié par plusieurs de ses pairs. En cause, les nombreuses approximations sur les exactions et l’utilisation des rapports des Britanniques Edmund Morel et Roger Casement, deux opposants farouches à Léopold, comme principales sources de son réquisitoire.

© Belga

Deux villas pour ses relations intimes

En revanche, on peut bien affirmer que la romance avec Blanche Delacroix a déçu les Belges tout comme le journal Le Peuple. Le quotidien socialiste, organe de presse du POB, désapprouve cette relation, qualifiant de "bâtards" les deux enfants illégitimes du roi et de sa "putain".

Léopold II fait donc l’acquisition d’une nouvelle propriété sur la Côte d’Azur, sa fameuse Villa Leopolda pour vivre son histoire d’amour à l’abri des regards avec la baronne de Vaughan.


►►► À lire aussi : Omar Sy, en plein tournage, débarque incognito dans une friterie carolo


Ce n’est d’ailleurs pas la seule bâtisse du monarque belge et fondateur de l’État indépendant du Congo qui servait à ses relations. Il a aussi fait ériger la Villa Carolina près d’Ostende dans le même but. D’après les rumeurs, un souterrain avait même été creusé entre cette maison et sa résidence officielle sur la côte belge, sous la rue de Paris, pour rejoindre sa maîtresse en toute discrétion.

Albert Ier, son successeur, a ensuite transformé ce lieu en un hôpital militaire et aurait détruit le tunnel. Les plans du bâtiment démontrent bien son existence relate de son côté la VRT.

Blanche Delacroix est quant à elle retournée vers son premier mari après le décès de Léopold II, jusqu’à leur divorce en 1913. Pour Bram Bombeek, le 'roi bâtisseur' de Saxe-Cobourg Gotha n’est jamais resté longtemps auprès de son épouse et ses trois filles légitimes.

► Bram Bombeek est diplômé en Droit et en Histoire de l'UGent. En 2009, il a présenté un mémoire intitulé A bas le Sexe-Cobourg ? Een mentaliteitshistorische en politieke benadering van de seksschandalen van het Belgisch koningshuis in de lange 19de eeuw (consultable en ligne). Il a ensuite occupé plusieurs postes à la N-VA jusqu'en 2019.

La Villa Leopolda en 2008
La Villa Leopolda en 2008 © Eric Estrade / ARCHIVES / AFP

L’actu people, ça se passe sur VivaCité

Pour plus d’actu people, rendez-vous tous les jours dans Le 8/9 sur VivaCité et sur la Une ainsi que dans La Récré de Midi de 12h à 13h sur VivaCité et en replay sur Auvio.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous