Choix Musiq3 à la une

L’ensemble Jupiter nous offre un album dédié aux cieux et Haendel

© Tous droits réservés

24 nov. 2022 à 18:00Temps de lecture1 min
Par Nicolas Blanmont

La pochette les montre dans des paysages montagneux, entre pentes douces, pâtures verdoyantes et fleurs sauvages. Mais pas en bottines de randonnées et maillots Quechua, loin s’en faut : Léa Desandre, Iestyn Davies et Thomas Dunford sont tous trois vêtus d’un blanc si immaculé qu’on les croirait sortis d’une publicité pour lessive des années 70 (C’est bien vrai, ça), voire d’une secte angéliste. Et le contenu du disque, comme l’indique le titre, confirme qu’on va bien vers les cieux : Eternal Heaven, le ciel/paradis éternel, c’est une vingtaine d’extraits d’œuvres de Haendel (principalement des oratorios) arrangés pour duo (le plus souvent) mais parfois pour voix seule, voire des instrumentaux (la fameuse sarabande de la suite en ré mineur). Un disque donc qui, pour l’essentiel, privilégie les tempi lents et les contenus méditatifs, dans une esthétique new age parfaitement assumée jusque dans un texte de pochette nullement musicologique mais d’une philosophie… extrêmement accessible.

On raille (gentiment), mais le disque est une belle réussite : les voix de la mezzo-soprano et du contreténor sont superbes et elles se marient parfaitement, délicatement soutenues par les dix musiciens de l’Ensemble Jupiter, dirigé par le luthiste Thomas Dunford – que l’on voit sur les photos assis devant les deux chanteurs, comme s’il était leur fils. A moins que ce ne soit Cupidon ?

CD Erato/Warner Classics

Ecoutez un extrait

Loading...

L’Ensemble Jupiter dans une musique composée par Thomas Dunford — qui dirige l’ensemble — et le Doug Balliett. That’s So You clôt un album dont toutes les pistes précédentes étaient dédiées à Haendel.

Tentez de remporter un exemplaire

Loading...

Articles recommandés pour vous