Monde Europe

Législatives en France : les chefs de file de la majorité sortante officialisent leur union

© Belgaimage

05 mai 2022 à 17:13Temps de lecture2 min
Par RTBF INFO avec Belga

Les chefs de file de la majorité sortante ont officialisé jeudi leur union pour les législatives, en accordant notamment 58 circonscriptions au parti d'Édouard Philippe, Horizons, signe selon eux que toutes "rivalités de clans et de personnes" sont écartées à l'aube du deuxième quinquennat.

Il ne faisait guère de doute que Richard Ferrand pour La République en marche, François Bayrou pour le MoDem, et Édouard Philippe pour Horizons, parviendraient à un accord en vue des scrutins des 12 et 19 juin, l'enjeu étant de limiter les cicatrices d'âpres négociations.

"On s'est bien marrés"

En conférence de presse jeudi, chacun a donc lourdement insisté sur "la bonne humeur" qui a traversé les discussions ("on s'est bien marrés", a même lancé Richard Ferrand), ce qui a permis "d'éviter les rivalités de clans et de personnes", dixit François Bayrou.

Quant aux bruits de dissensions et de "guerres picrocholines" avec Édouard Philippe, renforcés après qu'Horizon a déploré publiquement il y a dix jours le manque d'échanges parmi les partenaires, ils ne sont que la faute des "bavards", ont juré les partenaires. "Je vous propose de juger non pas sur les angoisses, les conjectures, les déclarations anonymes, mais sur les actes", a plaidé l'ancien Premier ministre.

Voilà donc la majorité en ordre de marche à cinq semaines du premier tour, réunie dans une "confédération" appelée "Ensemble!" et présidée par Richard Ferrand.

Chacun des trois piliers, LREM, MoDem et Horizons, pourra former son groupe à l'Assemblée, mais dépendra d'une association de financement commune qui répartira ensuite les subsides.

Selon des sources concordantes au sein de la majorité, le nouveau venu Horizons a décroché 58 circonscriptions aux termes de cet accord, et le MoDem entre 101 et 110. Ce qui en laisse environ 400 pour des candidats LREM, certaines circonscriptions "qui se comptent moins que sur les doigts d'une main" étant laissées vacantes pour ne pas "faciliter la vie" de postulants "extrémistes", selon Richard Ferrand.

Quels candidats ?

Parmi les candidats figureront le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans le Nord, la ministre du Travail Élisabeth Borne dans le Calvados, ou encore celle du Logement Emmanuelle Wargon dans le Val de Marne.

En revanche, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé jeudi qu'il ne concourrait pas pour un 4e mandat dans l'Eure, et celui de la Justice Eric Dupond-Moretti, pressenti dans le Nord, a indiqué qu'il n'avait pas l'intention de briguer de mandat.

Le patron de La République en marche Stanislas Guerini a esquissé une piste d'atterrissage en annonçant jeudi la "refondation" de son parti, qui prendra le nom de "Renaissance", avec l'idée de "continuer à élargir ce mouvement politique" créé par Emmanuel Macron en 2016. Des discussions vont donc s'ouvrir avec ces partis pour essayer de les intégrer à "Renaissance".

Sur le même sujet

Législatives en France : le parlement du PS adopte l’accord historique avec La France insoumise

Monde

Législatives en France : le parti présidentiel LREM change de nom et devient "Renaissance"

Monde Europe

Articles recommandés pour vous