RTBFPasser au contenu

"Le volontariat international n'est pas une finalité en soi, c'est une voie vers un engagement citoyen"

Le service volontaire international
04 juil. 2017 à 10:44 - mise à jour 04 juil. 2017 à 10:445 min
Par Fabienne Pasau

Volontariat, aide au développement, humanitaire, service volontaire, SVE, tourisme équitable, volontourisme, woofing... Il y a de quoi s'y perdre ! Avant de s'engager, il est nécessaire de clarifier ces notions qui recouvrent des réalités bien différentes.

En deux mots, le volontariat est un don de soi au travers d'une action solidaire. IL concerne le secteur associatif. Participer à un projet de volontariat international, c'est s'engager avec une communauté et d'autres volontaires sur un projet concret et constructif. Si le volontaire n'est pas rémunéré, il s'enrichit de multiples découvertes, au-delà de celle d'un pays, à travers des rencontres, l'exploration d'une nouvelle culture, la pratique d'une nouvelle langue etc...

Tendances Prem1ère en parle avec Nicolas Curri,
représentant du Service Volontaire International
et Marilou Lacroix, qui a participé à deux missions au Sénégal et au Pérou.
 

Des projets de tous types

Le Service Volontaire International est destiné aux jeunes qui ressentent une envie de voyager autrement, de rencontrer l'autre, d'être immergé dans sa culture. Pour beaucoup, il s'agit de jeunes qui ont déjà été engagés dans le milieu associatif, dans les colonies de vacances, les mouvements de jeunesse... et ont envie d'aller plus loin.

Il y a un vrai succès pour ce genre de vacances différentes, en quête de sens.

Un projet d'animation

Le SVI propose des projets sur des thématiques très variées :

• projets environnementaux : protection et sauvegarde du patrimoine, préservation des espèces animales menacées, reforestation, sensibilisation aux techniques d’agriculture durable…

• projets sociaux : soutien à des associations solidaires travaillant à la construction et rénovation d’infrastructures, organisant des campagnes de sensibilisation (hygiène et santé), militant pour les droits des femmes...

• projets culturels : organisation et création artistique, photographie, archéologie, apprentissage de langues…

• projets d’animation : soutien scolaire, actions pour des jeunes en difficulté…

Les différentes organisations locales développent leurs propres projets en fonction de leurs objectifs.

 

Des échanges interculturels

Le SVI propose un week-end de préparation bien utile avant le départ, pour donner des détails pratiques mais aussi pour préparer les jeunes au choc des différences culturelles. Il met en garde contre de trop grandes attentes, car sur place il y a toujours des surprises par rapport à ce qu'on attendait. Il faut pouvoir être flexible et s'adapter à toutes les situations.

"Il ne faut pas nécessairement chercher à être utile, au risque d'être extrêmement déçu, car on ne part pas en tant que professionnel. On va apporter son soutien à un projet mais on va recevoir également énormément de cette expérience. C'est avant tout un échange interculturel." 

"Le volontariat international n'est pas une finalité en soi, c'est une voie vers un engagement local, ça participe à la formation de citoyen" précise Nicolas Curri.

Car l'action est ensuite évidemment possible chez nous aussi !

La protection des tortues de mer

Une expérience formatrice

"Il y a un choc culturel à l'arrivée mais au retour aussi, ce n'est vraiment pas évident, parce que là-bas on donne du sens à ce qu'on fait, on est dans une communauté, on se sent utile" explique Marilou Lacroix. "On rentre chez nous et on se demande comment on va pouvoir prolonger cet engagement." 

Marilou a vécu des expériences différentes selon les pays et les projets. Différences de culture, de langue, de religion... "il n'est pas toujours facile de se retrouver en tant que femme dans un pays à majorité musulmane", précise-t-elle. Comment s'adapter ? En étant conscient des différences culturelles, des règles sociales différentes, et en communiquant avec les gens pour assimiler leurs codes.

Il n'y a pas d'âge pour commencer à s'engager ! Des projets s'ouvrent peu à peu aux volontaires de plus de 50 ans qui sont très demandeurs, parce qu'ils ont plus de temps ou parce qu'ils ont gardé de bons souvenirs de volontariat de jeunesse.

Certains projets concernent des familles, une expérience qui peut être très formatrice pour des enfants. L'accord est laissé à l'appréciation des partenaires associatifs sur place.

 

Quel budget prévoir ?

Tout dépend de la destination. Les frais liés au voyage ne sont évidemment pas à négliger : transport, frais administratifs, assurances, vaccins etc. Un billet d'avion pour une destination lointaine peut être conséquent. A cela s'ajoutent les frais de la vie sur place, logement, nourriture, ainsi que les frais d'adhésion au SVI.

 

Gare au tourisme humanitaire !

Il faut être attentif à ce qui est proposé sur internet. Depuis plusieurs années, un nouveau secteur lucratif est en pleine expansion, celui du tourisme humanitaire ou " volontourisme ". 

Certaines agences proposent des voyages dits de volontariat afin d’en tirer profit financièrement. Mais si on y regarde de plus près, on voit bien qu'il ne s'agit plus du secteur associatif.

"Il faut avoir un regard critique sur ce qu'on peut trouver en ligne", prévient Nicolas Curri.

Ecoutez l'émission complète

.
. © Tous droits réservés

Le Service Volontaire International (SVI) accompagne toute personne souhaitant s’investir dans des projets de volontariat à l’international dans plus de 70 pays en Europe et dans le monde.

Chaque année, environ 800 volontaires s’impliquent dans quelque 2000 projets associatifs et citoyens qui ont l’ambition d’être accessibles au plus grand nombre : aucune qualification n’est requise!

Le SVI promeut une société plus juste, pacifique et solidaire en sensibilisant et en impliquant les jeunes de 16-35 ans dans des projets de volontariat et de solidarité internationale. Le SVI veut encourager ses volontaires à être actifs dans la société dans laquelle ils vivent et les aider à devenir des citoyens du monde responsables. Il ne s’agit pas seulement de s’impliquer à l’étranger, mais aussi de contribuer de façon durable à l’émergence d’une société fondée sur l’entraide.

Le SVI encourage l’apprentissage des relations interculturelles et cherche à conscientiser les jeunes aux enjeux de la mondialisation et à l’importance du monde associatif pour le développement des communautés locales, ici comme ailleurs. De plus, par son ancrage asiatique, le SVI cherche également à dépasser les rapports de force entre les pays du Nord et ceux du Sud. Le SVI, " groupement de jeunesse " reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, s’inscrit dans la promotion de la démocratie participative. Que ce soit pour organiser la vie en communauté ou la construction d’un projet avec d’autres volontaires, les invitations au débat sont multiples !

 

Toutes les infos sur le site du Service Volontaire International Belgique

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous