RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le visage tuméfié, la danseuse Jeny Bonsenge dénonce des violences conjugales: "ça aide de constater que des gens connus sont victimes aussi"

La danseuse et influenceuse bruxelloise Jeny Bonsenge publie des images de son visage tuméfié sur Instagram, et dénonce les violences qui lui auraient été infligées par son époux. Très suivie sur les réseaux sociaux, la jeune femme de 28 ans appelle les victimes de violences conjugales à réagir vite.

Jeny est devenue populaire en 2019 avec des vidéos de danse qui sont rapidement devenues virales. Si bien qu’elle a été repérée par Meghan Marke, ce qui l'a propulsée jusqu’aux Etats-Unis dans le talk-show ultra-populaire d’Ellen DeGeneres

Libérer la parole

Après ce qu'elle considère comme 5 ans de violences et de manipulations, elle a décidé de finalement raconter ce qu’elle a vécu, en montrant des images de son visage meurtri. Dans le même temps, elle désire ouvrir la parole sur ce type d’abus, en les accompagnant d’un texte douloureux et libérateur.

Loading...

La portée des réseaux sociaux

Avec 1,3 millions de personnes qui la suivent sur Instagram, le message de Jeny a une portée colossale. Pour Josiane Coruzzi, directrice de l’asbl Solidarité Femme, cela pourrait permettre d'aider certaines victimes.

"Le fait de constater que l’on n’est pas seuls devant la violences, et qu’il y a même des gens ‘connus’, de tous les milieux sociaux, qui se retrouve dans la même situation que vous, c’est très aidant. On a des préjugés sur la violence conjugales, on imagine toujours que ça se passe dans les milieux précarisés, mais c’est faux. Cette femme, populaire auprès d’un très grand nombre de personnes, qui se retrouve dans la même situation, c’est un exemple, et elle a osé dénoncer les violences qu’elle subissait", constate-t-elle. 

Malheureusement, il y a toujours le revers de la médaille. Pour Josiane Coruzzi, les réseaux sociaux sont aussi des lieux où menaces et haine prolifèrent. 

"Depuis le mouvement #MeToo, les femmes qui dénoncent ce genre de violences sont en proie à la haine, le plus souvent de la part d’hommes, qui ne supportent pas ce genre de dénonciation. J’espère juste que cette femme victimes de violences ne sera pas trop impactée par le fait qu’elle a osé dénoncer ce qu’elle a subi. Mais l’on voit aussi des messages de soutien, et c’est très important", conclut-elle. 

La réponse de l'auteur présumé 

En réponse à ces accusations, son époux s’est défendu. L’acteur, et influenceur, connu sur Instagram sous le nom de Docteur Idéologie et bénéficiant lui aussi d’une large communauté, affirme qu’il n’a jamais levé la main sur sa compagne, ‘preuves’ à l’appui. 

Loading...
Instagram

De son côté, Jeny affirme que son mari aurait proféré des menaces à son encontre et à celle de sa famille. Elle ajoute que l'ex-femme de l'auteur présumé de ces violences aurait subi le même sort, et présente même des extraits d'un entretien vidéo pour étayer son propos.

Elle demande également aux internautes de ne pas essayer de la "venger", précisant : "Je n’ai pas besoin de vengeance j’ai besoin de me libérer. Laissez cette personne. La justice et la justice divine feront leur travail. Dieu est juste , Dieu est grand. Je ne m’inquiète pas".

La danseuse bruxelloise annonce également qu'elle a porté plainte, et qu'elle entre actuellement en thérapie. 

 

Extrait du JT du 03/11/2019 :

Réseaux sociaux : un pas de danse menant au succès

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

La CEDH condamne l'Italie pour sa passivité dans une affaire de violences conjugales

Monde Europe

La danseuse Jeny BSG, harcelée par son ex-fiancé violent, demande un procès rapidement

Articles recommandés pour vous