RTBFPasser au contenu

Societe

Le variant Omicron du coronavirus : ce que l'on sait déjà (et ce que l'on ignore encore)

Le variant Omicron du coronavirus : ce que l'on sait déjà (et ce que l'on ignore encore)
29 nov. 2021 à 16:443 min
Par J. Istace

Omicron, le nouveau variant du coronavirus d'abord identifié en Afrique australe, est désormais parmi nous. Le nombre de cas détectés en Europe se multiplie rapidement. Et les inquiétudes aussi. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a estimé à "deux à trois semaines" le délai nécessaire aux laboratoires pour déterminer s’ils doivent adapter leur vaccin.

Du côté des fabricants de vaccins, AstraZeneca comme Pfizer/BioNTech, Moderna et Novavax se sont déclarés confiants dans leur capacité à combattre la souche Omicron.

  • Les vaccins continueront-ils à être efficaces?

Probablement, car le virus n’a pas totalement changé. Comme contre le variant alpha ou delta, les vaccins continueront à vous protéger même si en fonction des cas, il y a eu une perte d’efficacité de 10 à 20%.


►►► À lire aussi : La première "image" d’Omicron montre bien plus de mutations que sur Delta


"Même si ce variant comporte beaucoup de mutations, il reste beaucoup de points communs avec la souche d’origine. On a rarement un virus qui transforme toute sa signature antigénique. Que les vaccins actuels perdent toute capacité de protection vis-à-vis de ce variant-là, c’est très peu vraisemblable." selon Eric Muraille, immunologiste à l’ULB.

  • Ma 3e dose protège-t-elle déjà contre ce variant ?

Pas entièrement, mais suffisamment.

  • Quel délai pour adapter les vaccins ?

Il faudrait plusieurs mois avant d’avoir des vaccins adaptés au variant omicron sur le marché. "Le vaccin de Pfizer a été créé en 48 heures donc les firmes peuvent adapter les vaccins très facilement. Mais ensuite, il va falloir les produire pour des milliards de personnes et puis il y a les étapes de validation qui prendront plusieurs semaines", détaille Eric Muraille, immunologiste à l’ULB qui rappelle que "l’urgence aujourd’hui est de combattre le pic actuel causé par le variant delta. La 3e dose permet de protéger à environ 90% contre ce variant."
 

RTBF Info

Le variant Omicron est susceptible de se propager à l’échelle internationale, posant un risque mondial "très élevé" où les poussées de Covid-19 pourraient avoir de "graves conséquences" dans certaines régions, a déclaré ce matin l’Organisation mondiale de la santé (OMS).


►►► À lire aussi : Coronavirus : ce que l'on sait du variant Omicron, déjà présent en Belgique


"Des cas et des infections de Covid -19 sont attendus chez les personnes vaccinées, bien que dans une proportion faible et prévisible", a ajouté Reuters. Pour l’instant, "aucun décès associé au variant Omicron n’a été rapporté.

 

  • Qu’a-t-il de différent par rapport aux autres variants ?

Le variant Omicron compte 32 mutations sur la seule protéine Spike, qui joue un rôle essentiel dans l’infection des cellules épithéliales humaines par le coronavirus. A titre de comparaison, le variant Delta comportait 9 mutations sur la protéine Spike.
Qu’est-ce que ça veut dire ?
Selon Simon Dellicour, épidémiologiste à l’ULB : "on sait que certaines de ces mutations sont associées à un échappement immunitaire potentiel et aussi à une transmissibilité accrue potentielle aussi. Des tests ont été lancés la semaine dernière, nous allons avoir besoin de 10-14 jours pour avoir les premières réponses."

  • Est-il plus dangereux ?

C’est encore l’inconnue.

Eric Muraille, immunologiste à l’ULB rappelle que : "on a très peu d’informations à notre disposition. Nous n’avons que les observations de terrain réalisées en Afrique du Sud et à ma connaissance, il s’agit de patients entre 20 et 40 ans. Dans cette catégorie d’âge, nous savons que les manifestations du COVID sont moins graves. La vraie question est de savoir quelles conséquences aura ce variant quand il sera confronté à des patients plus âgés et donc plus à risque."

  • Est-il plus contagieux ?

Probablement. Du moins, c’est que suggèrent les premières données recueillies en Afrique du Sud, dans la région du Gauteng, touchée par le variant omicron.

Ces derniers jours, 8 nouveaux cas sur 10 dans le pays sont détectés dans cette région selon l’institut national des maladies transmissibles sud-africain.

Loading...
www.nicd.ac.za

Sur le même sujet :

Sur le même sujet

10 déc. 2021 à 10:01
1 min
08 déc. 2021 à 16:14
1 min

Articles recommandés pour vous