Economie

Le transport aérien est revenu en juillet aux trois quarts de son niveau pré-Covid

© © Tous droits réservés

07 sept. 2022 à 13:38Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Marine Lambrecht

Le transport aérien de passagers est revenu en juillet aux trois quarts de son niveau du même mois de 2019, avant la pandémie qui a ravagé le secteur, a annoncé mercredi la principale association de compagnies aériennes.

Le trafic mondial, exprimé en passagers-kilomètres payants (RPK de son acronyme en anglais, un des indices de référence du secteur), a atteint "74,6% du niveau d’avant-crise", a souligné l’Association internationale du transport aérien (Iata) dans un communiqué.

Ce résultat, obtenu en plein dans la cruciale saison estivale, marque une nette accélération par rapport à juin, quand le secteur avait retrouvé 70,8% des RPK de 2019.

Le directeur général de l’Iata, Willie Walsh, a salué la poursuite "forte" de la reprise, en remarquant que "certains marchés se rapprochent de leurs niveaux pré-Covid".

Ce sont les liaisons intérieures qui se portent le mieux, avec 86,9% des RPK de 2019 en juillet contre 81,4% en juin, grâce à une remontée du trafic en Chine après un printemps marqué par des restrictions de déplacement.

 

Les liaisons internationales restent en retrait

Si les liaisons internationales restent en retrait, à 67,9% du niveau de juillet 2019, elles enregistrent aussi une augmentation par rapport à juin (65%). Leur taux est surtout plombé par la situation en Asie, où certains pays n’ont pas encore totalement rouvert leurs frontières.

La confirmation d’une reprise générale constitue un "signal formidable au moment où nous entrons dans les saisons d’automne et d’hiver, traditionnellement plus calmes, dans l’hémisphère Nord", a ajouté M. Walsh, rappelant que les résultats de juillet avaient été obtenus "malgré des capacités réduites dans certaines parties du monde".

Le début de l’été a été marqué en Europe et aux Etats-Unis par de multiples retards, engorgements et annulations de vols dus à des pénuries de personnels, qu’il s’agisse de bagagistes, d’agents de sécurité ou de navigants. Le secteur a aussi connu des mouvements sociaux pour obtenir des hausses de salaires et une amélioration des conditions de travail.

L’Iata reste néanmoins préoccupée par les cours du kérosène qui restent très élevés, "un défi pour les compagnies", selon M. Walsh.

De son côté, le secteur du fret aérien évoluait en juillet à 3,5% sous le niveau de 2019 sur fond de baisse des commandes, selon l’Iata. Ce volet du transport aérien a prospéré pendant la crise sanitaire grâce à la réduction des capacités et à l’explosion de la demande, qui ont fait bondir les prix.

Concurrence dans le secteur aérien: JT 23/08/2022

Sur le même sujet

Bientôt des couchettes pour (enfin) bien dormir en avion ? Le secteur aérien y travaille

Voyages

Blue Air suspend provisoirement ses vols de et vers la Roumanie, Ryanair joue les sauveurs

Economie

Articles recommandés pour vous