Mobilité

Le train des années 2030, connecté avec le monde et ses passagers

Le train des années 2030, connecté avec le monde et ses passagers.

© John MACDOUGALL/AFP

26 sept. 2022 à 13:00Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Connectés et aux petits soins pour les passagers... Les trains ne seront sans doute pas fondamentalement différents dans dix ans, mais ils seront intégrés dans des chaînes de services visant à rendre les déplacements plus fluides.

Plus vert mais pas révolutionnaire !

Le train des années 2030 sera toujours un train, expliquent les acteurs du secteur à InnoTrans, le grand salon du ferroviaire de Berlin. Il sera peut-être mû par des batteries ou à hydrogène mais toujours constitué de voitures roulant sur des rails et tirées par une motrice. Pas un engin futuriste, donc.

L'intérieur, en revanche, devrait changer. "Il va y avoir une façon de concevoir les trains de façon plus adaptée aux passagers", en incluant les besoins de tous, prévoit Stéphane Féray-Beaumont, responsable de l'innovation chez le constructeur français Alstom. Il faudra donc "des intérieurs accueillants et flexibles, soit en fonction de ce que veut le passager, soit en fonction des besoins de l'opérateur", qui pourra "composer" son train.

En France, le "TGV du futur" (TGV M), attendu fin 2024, devrait être le premier train modulaire.

Il sera possible de permuter première et deuxième classes et/ou de chambouler l'aménagement intérieur à volonté.

Cette révolution n'est cependant pas pour tout de suite et les nouveaux trains présentés cette semaine à InnoTrans étaient tristement classiques. Pour M. Féray-Beaumont, l'expérience voyageur des années 2030, "c'est voyager collectivement dans un train tout en ayant l'impression que je suis tout seul c'est-à-dire que tout le monde s'occupe de moi".

Retards, taux de remplissage : les passagers veulent être informés

Une gageure ? Pas forcément. Car le voyageur sera complètement connecté et communiquera directement avec les équipements du train. Il devra aussi être tenu au courant de tout ce qui se passe. "Nous avons fait beaucoup de sondages pour connaître les désirs de la clientèle et ce qui ressort le plus, c'est l'information", relève Ed Brown, porte-parole du japonais Hitachi Rail, constructeur du train à grande vitesse italien Frecciarossa : "Est-ce que le train va être à l'heure, est-ce qu'il va être bondé ?".

"Le défi pour le secteur est d'améliorer cette information." Dans des trains fiables, rapides et confortables.

"L'expérience voyageur sera beaucoup plus individualisée que ce qu'elle est aujourd'hui et ça passe par l'information", confirme Lilian Leroux, président de l'équipementier américain Wabtec Transit. 

Le passager sera en particulier entouré d'écrans apportant tous les renseignements nécessaires à son voyage. Wabtec présentait par exemple cette semaine un écran d'informations tactile installé sur une vitre.

Le billet inclura l'activité associée au déplacement

"Il faut que l'expérience client soit la plus fluide possible" avec un voyage "porte à porte", insiste M. Leroux. C'est-à-dire sans problèmes pour passer du bus au train puis du train au vélo...

Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs (qui a pour objectif de doubler le nombre de voyageurs dans les trains français en une dizaine d'années) appelle aussi cela le "voyage sans couture". "Il y a aujourd'hui encore trop de barrières à la mobilité ferroviaire", souligne-t-il. "Dans dix ans, on aura vraiment des forfaits complets", prédit-il, prenant comme exemple le billet d'entrée à InnoTrans, qui permet de se déplacer en transports en commun toute la journée dans tout Berlin. "Le voyage sera compris avec l'activité qu'on fera : le voyage, le loisir, l'école, le travail... Lorsqu'on aura son contrat de travail, on aura son forfait de mobilité avec."

Le patron d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, mise sur la numérisation du ferroviaire pour faire dialoguer les trains avec leur environnement et tout l'écosystème des transports.

Faire du train le "premier choix"

Son homologue chez Siemens Mobility, Michael Peter, présente une stratégie similaire. Les données du train, du fonctionnement des toilettes au taux de remplissage, devraient servir à faciliter la vie des passagers, explique-t-il. Et aussi permettre une "tarification dynamique", en temps réel, a priori moins chère quand il y a moins de monde.

"Il faut faire en sorte que les passagers aiment le train et que ça devienne un choix", résume Stéphane Féray-Beaumont.

Il faut aussi que les trains soient "sûrs, au sens sanitaire du terme", dit-il. Avec tout ce qu'il faut de matériaux virucides, bactéricides et autonettoyants.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous