RTBFPasser au contenu

Medias

Le succès des films belges ? "Un cinéma sans concession, entier et vrai", estime Emilie Dequenne

L'invité de Matin Première: Emilie Dequenne, actrice et comédienne belge

La Belgique au festival de Cannes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Cette année le cinéma belge est très présent au festival de Cannes, avec trois films qui sont en compétition pour la Palme d’Or. Parmi ces films, il y a "Close" de Lukas Dhont, dans lequel joue Emilie Dequenne. Interrogée sur La Première, l’actrice tente d’expliquer le succès du cinéma belge à Cannes : "Peut-être qu’il a pu préserver une espèce de liberté. Parfois à cause des chaînes et des décideurs il y a des enjeux économiques qui verrouillent les libertés artistiques de pas mal de metteurs en scène. J’ai l’impression que cet aspect est préservé en Belgique, ce qui permet d’avoir des metteurs en scène qui sont de vrais cinéastes. Et qui dit cinéaste dit point de vue, et qui dit point de vue dit identité, donc authenticité, vérité. C’est plutôt un cinéma qui est sans concession, qui est entier et qui est vrai parce qu’il bénéficie de cette liberté".

Emilie Dequenne a reçu en 1999 le Prix d’interprétation féminine à Cannes pour son rôle dans "Rosetta" des frères Dardenne : "Plus de 20 ans plus tard j’y retourne avec un autre cinéaste belge. J’ai toujours rêvé de faire ce métier toute ma vie. C’est sûr que quand on commence aussi fort à 17 ans on peut vite se brûler les ailes et c’est toujours ce que j’ai voulu éviter. L’idée d’être encore là et de présenter un film que j’adore et dont je suis très fière, c’est réjouissant, c’est une fête pour moi". Pour elle, le fait d’avoir reçu ce prix à l’âge de 17 ans a représenté la "chance d’avoir tourné dans un film avec une aura mondiale parce que Palme d’Or. Le fait d’avoir instantanément été reconnue et valorisée comme comédienne m’a donné une sorte d’assise qu’il est très difficile à avoir quand on commence à 17 ans. Et c’est ce qui m’a permis d’avoir le choix toute ma vie".

Emilie Dequenne déplore qu’il y ait une catégorie "meilleur film flamand" à la cérémonie des Magritte du cinéma : "Je trouve que le meilleur doit être belge s’il y a une compétition belge, je déplore vraiment cette case film flamand".

Sur le même sujet

25 mai 2022 à 14:00
3 min
24 mai 2022 à 11:35
5 min

Articles recommandés pour vous