RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jupiler Pro League

Le Standard risque 4 matchs à huis clos, le Parquet fédéral agacé par les fans liégeois

Le parquet fédéral de l’Union belge va demander 3 matches à huis clos, et un quatrième avec sursis, après l’arrêt du match entre le Standard et Charleroi, le 5 décembre dernier.
17 déc. 2021 à 14:36Temps de lecture2 min
Par Christophe Delstanches

Le parquet fédéral de l’Union belge et le Standard ne se quitte plus. Ce mardi 21 décembre, les deux parties se retrouveront une nouvelle fois pour discuter du comportement des supporters du club liégeois.

A cette occasion, le parquet va demander trois matches à huis clos, et un quatrième avec sursis, après l’arrêt du match entre le Standard et Charleroi, c’était le 5 décembre dernier, à Scessin. Pour rappel, le choc wallon avait tourné au vinaigre. Il avait été arrêté à la 87e minute, à la suite d’un envahissement du terrain par une centaine de supporters liégeois. Le Standard s’était incliné 0-3.
 

Les supporters du Standard les plus turbulents de la Pro League

La situation sportive du Standard, 11e en Pro League, ne plaît pas aux supporters des Rouches. On le sait, les tensions sont de plus en plus nombreuses entre les supporters et la direction. Des tensions et des frustrations, que certains supporters expriment de manière tout à fait inappropriée.

Mardi, le Standard devra à nouveau se présenter devant le comité disciplinaire pour le comportement de ses supporters.

Amendes à Seraing et lors du clasico

Les frasques des fans du Standard ont débuté mi septembre lors sur le terrain de Seraing. Peu après le coup d’envoi, mais aussi après le coup de sifflet final, les supporters des Rouches ont allumé des fumigènes. Ceux-ci ont causé une importante fumée, en particulier après la fin de la rencontre, mais le cours du match n’en a pas pour autant été perturbé. Le Standard a été condamné à 1000 euros d’amende (dont 500 euros effectifs).

Rebelote lors du clasico face à Anderlecht, le 19 septembre. Le club de Sclessin a écopé d’une amende de 5000 euros, dont 1000 avec sursis.

Des gobelets face à Saint-Trond, des balles de tennis à Malines

Contre les Canaris le 25 septembre à Sclessin (1-2), les fans liégeois ont jeté des gobelets en direction des joueurs trudonnaires et ont fait usage d’engins pyrotechniques. Une semaine plus tard à Malines (3-1), les supporters des Rouches se sont encore illustrés négativement. D’abord avec des jets de gobelets puis de balles de tennis avant d’utiliser une nouvelle fois des engins pyrotechniques. Le club liégeois s’en est sorti avec deux amendes, et une facture globale de 8500 euros.

Lors de Malines-Standard (3-1), des supporters des Rouches ont d’abord lancé des gobelets puis des balles de tennis avant d’utiliser une nouvelle fois des engins pyrotechniques. Un match qui a eu lieu le 1er octobre.
Lors de Malines-Standard (3-1), des supporters des Rouches ont d’abord lancé des gobelets puis des balles de tennis avant d’utiliser une nouvelle fois des engins pyrotechniques. Un match qui a eu lieu le 1er octobre. © Tous droits réservés

Des fumigènes puis un pétard sur le gardien d’OHL

Lors du match entre le Standard et OHL (2-2) du 16 octobre, le coup d’envoi avait dû être reporté en raison de la fumée provoquée par les fumigènes qui réduisait la visibilité sur le terrain. Des fumigènes ont également été allumés par les supporters locaux après les buts liégeois. Dans les arrêts de jeu, un pétard a explosé juste à côté de Romo. L’arbitre a arrêté le match, mais d’autres pétards ont explosé. Le Comité disciplinaire de l’Union belge de football avait infligé au Standard la fermeture d’une partie des tribunes lors de son match à domicile, face au Beerschot. Une rencontre, prévue initialement le 15 décembre, et qui a été reportée par manque d’effectifs policiers.

Dans les arrêts de jeu de Standard – OHL, un pétard a explosé juste à côté de Romo, le gardien louvaniste. L’arbitre a arrêté le match, mais d’autres pétards ont explosé.
Dans les arrêts de jeu de Standard – OHL, un pétard a explosé juste à côté de Romo, le gardien louvaniste. L’arbitre a arrêté le match, mais d’autres pétards ont explosé. © Tous droits réservés

L’invasion de terrain et l’arrêt du match contre Charleroi

Le dernier fait d’armes des supporters du Standard date donc du 5 décembre dernier. Les Liégeois s’étaient lourdement inclinés face à Charleroi, 0-3. Le match avait été arrêté à la 87e minute, à la suite d’un envahissement du terrain par une centaine de fans liégeois.

Ce dernier dossier en date, sera examiné le mardi 21 décembre devant le comité disciplinaire, qui entendra les différentes parties. Le parquet de l’Union belge va demander trois matches à huis clos et un quatrième avec sursis. Reste à voir quelle décision sera prise et si le Standard ira ensuite en appel.

Débordements Standard-Charleroi : Quelles conséquences ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous