RTBFPasser au contenu

On n'est pas des pigeons

Le SOS lancé par les refuges: n'offrez pas d'animal de compagnie ce Noël !

L'appel à l'aide des refuges pour animaux

On n'est pas des pigeons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 déc. 2021 à 16:252 min
Par On n'est pas des pigeons

La situation est très grave dans les refuges, alerte l'Asbl Sans Collier. C'est sans doute une conséquence du Covid: les refuges pour animaux sont pleins à craquer. Beaucoup de familles ont en effet acheté un animal de compagnie pendant les périodes de confinement sans réfléchir aux conséquences. Et ils s'en sont finalement débarrassés. De grâce, plaident les refuges, pour les fêtes, n'offrez pas un animal de compagnie sur un coup de tête.

Plus de chiens que d'habitude dans les refuges

Pregnant Dalmatian rescued by the Ellis County, Texas SPCA.
Pregnant Dalmatian rescued by the Ellis County, Texas SPCA. Getty Images

Ils s'appellent Julien et Charly. Au refuge Sans Collier à Perwez, ils attendent qu'une famille d'adoption les fasse sortir de leur cage. Il y a plus de chiens que d'habitude. Comme eux, ils ont tous atterri dans les refuges après avoir été achetés sur un coup de tête, puis abandonnés. Par de nombreuses personnes qui se sont précipitées sur les animaux de compagnie pour tuer l'ennui du confinement. 

Il a été abandonné après quelques mois, car trop puissant, trop nerveux. Donc, bref, un chien aussi qui a été acheté n'importe comment.

Sébastien De Jonge, directeur de Sans Collier, déplore le sort qui a été réservé à Wally: "C'est un chien qui a été acheté chez un particulier et qui a été gardé quelques mois. Il a été acheté chiot. Il a été abandonné après quelques mois, car trop puissant, trop nerveux. Donc, bref, un chien aussi qui a été acheté n'importe comment."

Aujourd'hui, en matière d'acquisition, c'est le Far West.

Sébastien note qu''"Aujourd'hui, en matière d'acquisition, c'est le Far West. On fait un peu ce qu'on veut. Vous pouvez acheter un animal en cinq minutes sur internet et vous le faire livrer le lendemain. Vous pouvez aller en animalerie et repartir avec un animal, qui que vous soyez. C'est évidemment problématique."

Des mesures pour lutter contre le commerce débridé

Le gouvernement wallon prépare de nouvelles règles. Les conditions d'élevage et de vente de chiens et de chats notamment seront plus strictes. Parallèlement, les conditions de détention dans les refuges vont aussi être plus sévères. Ce qui pourrait encore réduire le nombre de places disponibles. Comme dans un refuge de Florennes où des travaux y ont démarré. Mais les moyens ne suivent pas. Noël Hespet, directeur de la Société d'Aide & Protection aux Animaux en Détresse, estime que : "Compte tenu que la trésorerie ne déborde pas, pour répondre aux normes, qu'est-ce qu'il va devoir faire pour pallier cette carence, c'est diminuer le nombre d'animaux, le réduire certainemant d'au moins 50%.

Le message des refuges est clair: réfléchissez bien avant de glisser un animal sous le sapin

Un chien, un chat... ou même un bouc !

On avait pris cet animal un peu comme un jouet pour un enfant. Avec son toboggan, à la place d'un frère ou d'une soeur. On s'est dit que l'animal ferait bien l'affaire.

Il y en a vraiment un au refuge, et cela depuis 20 ans: "Il est arrivé avec son toboggan. On avait pris cet animal un peu comme un jouet pour un enfant. Avec son toboggan, à la place d'un frère ou d'une soeur. On s'est dit que l'animal ferait bien l'affaire, vous voyez. En attendant, il a atterri ici. Ca fait 20 ans qu'il est ici.", nous raconte Noël Hespet.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Sur le même sujet

Animaux et refuges en péril

On n'est pas des pigeons
19 janv. 2022 à 08:30
2 min
25 déc. 2021 à 14:06
1 min

Articles recommandés pour vous