Regions Liège

Le sort des magasins Makro et Metro sera fixé dans une semaine : inquiétudes à Alleur et Droixhe

© Belga Image

14 sept. 2022 à 13:06Temps de lecture1 min
Par Marc Hildesheim (avec M. Lehnertz)

La chaîne qui regroupe 17 grands magasins en Belgique a introduit une procédure de réorganisation judiciaire afin d'éviter la faillite et d'être protégée contre ses créanciers. Le tribunal doit rendre sa décision au plus tard dans une semaine.

Avenir plus qu'incertain pour le Makro d'Alleur et le magasin Metro de Droixhe... Le personnel est dans l'expectative. Ils sont 228 employés chez Makro à Alleur et une soixantaine au magasin Métro de Droixhe à s'interroger sur leur avenir. Un personnel relativement âgé, surtout chez Makro, et donc avec des perspectives de reclassement plus limitées en cas de faillite.

La moyenne d’âge est de plus de 50 ans.

 

L'ancienneté menacée

"La moyenne d’âge est de plus de 50 ans, explique José Bayon, délégué CNE. Comme vous pouvez l’imaginer, on risque de se retrouver sans emploi ou alors de devoir aller travailler pour des salaires moindres. Il faut savoir que la plupart d’entre nous avons plus de 30 ans d’ancienneté au sein de Makro, ancienneté qui va être perdue si on retrouve du travail ailleurs".

Le tribunal nous déclarerait en faillite.

Parmi les différentes options possibles, le délégué syndical précise que "la première est que le tribunal d’entreprise d’Anvers refuse le plan Makro, c'est-à-dire la procédure. Le tribunal nous déclarerait en faillite. Si la procédure de réorganisation judiciaire est déclarée positive, si elle devait avoir lieu, le tribunal d’Anvers désignerait alors un juge qui, lui, s’occuperait alors de la gestion journalière des Métro/Makro et qui se renseignerait auprès des repreneurs, s’il y a des repreneurs potentiels".

Faillite pure et simple ou sursis et recherche d'un repreneur via cette procédure de réorganisation judiciaire ? Verdict d'ici une semaine maximum. Verdict qu'attendent également les fournisseurs qui hésitent pour l'instant à livrer les magasins Makro et Metro par crainte de ne pas être payé pour leurs marchandises. Le risque, pour les clients, c’est de se retrouver bientôt devant des rayons vides.

Sur le même sujet

"LIQUIDATION TOTALE" : une campagne publicitaire qui fait mal au personnel des magasins Makro

Regions Liège

Makro : les demandes des travailleurs de Makro et Metro entendues par la justice

Belgique

Articles recommandés pour vous