RTBFPasser au contenu

Regions

Le séjour en prison de Wesphael est-il sur le point de s'achever ?

Wesphael: pourquoi les contre-experts ont-ils une autre explication ?
03 avr. 2014 à 15:30 - mise à jour 03 avr. 2014 à 16:171 min
Par Julie Calleeuw

La mort de l'épouse du député Wesphael reste largement mystérieuse. Certes le premier médecin légiste a conclu, sans l'ombre d'un doute, à un décès par étouffement par tierce personne.

Mais, pour le professeur Philippe Boxho, "c'est l'un des diagnostics les plus difficiles à poser en médecine légale, c'est celui de l'étouffement, ça laisse très peu de traces. Si vous n'étranglez pas, déjà, les lésions ne sont pas évidentes. Ce qu'on peut voir, ce sont des altérations des parois pulmonaires qui montrent qu'il y a un un obstacle à l'écoulement de l'air dans les voies respiratoires".

Or, selon nos informations, l'autopsie ne révélerait pas d'altérations pulmonaires significatives.

D'où, l'initiative des avocats de la défense de solliciter l'avis d'un collège de quatre experts, qui ont exploré d'autres hypothèses. Et ils ont étudié l'interaction entre les doses de médicaments, des benzodiazépines, et le taux d'alcool, trois grammes par litres, dans les prélèvements sanguins.

Ils estiment que c'est la plus haute probabilité de cause de décès. Autrement dit, le premier rapport est incomplet, partiel.

Et si les scientifiques ont des avis différents, c'est parce qu'ils n'ont pas tous regardé, cherché, dans la même direction.

Michel Gretry

Judiciaire: la lutte d'experts dans l'affaire Wesphael

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

10 avr. 2014 à 15:45
3 min
07 avr. 2014 à 17:17
1 min

Articles recommandés pour vous