RTBFPasser au contenu

Belgique

Le secteur des soins de santé réagit au souhait du ministre Vandenbroucke d’y imposer la vaccination contre le Covid

Le secteur des soins de santé réagit au souhait du ministre Vandenbroucke d’y imposer la vaccination contre le Covid
17 août 2021 à 14:36 - mise à jour 17 août 2021 à 16:014 min
Par Jean-François Noulet, avec S. Bourgeois et A. Gonzalez

Le ministre de la santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) proposera de rendre la vaccination obligatoire pour le personnel soignant et de la santé, a-t-il assuré lors de l’émission "Terzake" (Canvas-VRT). Comment cette annonce est-elle perçue sur le terrain par les différents acteurs du secteur de la santé ?

Pour certains, le personnel devrait montrer l’exemple

Du côté du personnel du secteur des soins de santé, l’annonce de Frank Vandenbroucke n’est pas vraiment une surprise. "On s’y attendait", nous répond la vice-présidente de la Fédération Nationale des Infirmiers de Belgique, Alda Dalla Valle. C’est vrai que le sujet n’arrive ni par hasard ni par surprise sur la table. En juillet, l’Académie royale de médecine de Belgique (ARMB) et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België (KAGB) avaient déjà recommandé une vaccination obligatoire élargie à tous les professionnels soignants et non soignants des hôpitaux, des cliniques et des institutions de soins, ainsi qu’aux médecins, aux autres professionnels de la santé et aux bénévoles, impliqués dans les soins (ambulatoires).

Pour Alda Dalla Valle, qui est aussi porte-parole du Syndicat professionnel des praticiens de l’art infirmier et des aides-soignants, "que cette vaccination devienne obligatoire", c’est "un peu logique". Elle estime qu’en tant que professionnels de la santé, "le personnel soignant se doit d’être exemplaire, pour la population qu’il soigne et pour lui-même, pour se mettre en sécurité".

Cependant, Alda Dalla Valle se demande sur quels chiffres se base le ministre de la Santé pour estimer que le personnel des soins de santé ne serait pas suffisamment vacciné. Selon elle, "il n’y a pas un cadastre assez fin du personnel soignant". "Tout le monde ne sait pas qui est vacciné. Sur quoi se base-t-il ?" s’interroge-t-elle.

Du côté de l’Absym, l’Association belge des syndicats médicaux, on s’est déjà prononcé, à la mi-juillet, en faveur de l’obligation vaccinale pour le personnel des soins de santé. L’Absym évoque "une obligation déontologique et éthique pour les médecins et le personnel de santé". Dans sa prise de position, l’ABSYM disait ne pas comprendre "quelle peut être la motivation des prestataires de soins de santé à ne pas se faire vacciner".

Pour Quentin Lamelyn, administrateur de l’Absym, "On n’a pas le choix", l’obligation de vaccination devient nécessaire. "On a d’abord laissé les gens libres de le faire en pensant que le personnel soignant le ferait pour le bien des patients", explique Quentin Lamelyn. "On s’est heurté à une résistance d’une partie de la population soignante à la vaccination ce qui, étant donné le contexte épidémiologique risque de devenir un problème pour tout le monde", poursuit Quentin Lamelyn. Et pour ce dernier, les sanctions seraient "inévitables" en cas de refus de se faire vacciner.

Du côté des directions d’hôpitaux, on entend aussi des voix favorables à une obligation vaccinale pour le personnel soignant. Actuellement, on estime à environ 80% la proportion de membres du personnel soignants vaccinés. Reste 20% de non-vaccinés qui pourraient compliquer la tâche des hôpitaux en cas de reprise de l’épidémie.

Chez Epicura, un réseau hospitalier de la région de Mons-Borinage et de Ath, on est clairement pour l’obligation de vaccination pour le personnel soignant. On estime qu’on pourrait largement dépasser le chiffre de 80% de vaccinés. "On serait très largement proche de 100%", estime François Burhin, le Directeur général d’Epicura. Il estime que les quelques cas restants de soignants non vaccinés se régleraient au cas par cas soit par "réorientation" vers d’autres fonctions, soit s’il n’y a pas d’autre solution, en n’ayant "plus le droit de travailler dans le secteur". Pour lui, l’obligation de vaccination "est un moyen indispensable" car, "en termes de responsabilité professionnelle, on a affaire à des patients qui sont fragiles".

Cependant, une obligation poserait question, pour certains

Nos équipes de reportage se sont rendues dans un cabinet de kinésithérapie, une structure où plusieurs personnes travaillent. Là, la majorité des membres du personnel sont vaccinés, mais ils l’ont fait, "par choix personnel", explique Elodie Dewez, la gérante du centre de kiné. Pour elle, le mot "obligation" pose problème. "Rendre cela obligatoire, je pense qu’il va y avoir de la colère et des désaccords parce que c’est vraiment une atteinte à la liberté et au fait qu’on soit dans un pays démocratique", poursuit Elodie Dewez.

Du côté des Cliniques universitaires Saint-Luc, on est pour l’obligation vaccinale. 80% du personnel a déjà reçu ses doses de vaccin. Cependant, en cas d’obligation, on craint la réaction des 20% restants. "On, voit que ça crée des conflits dans le personnel entre les pro-vax et les anti-vax. Il y a des croyances, des habitudes où certains sont absolument contre tous les vaccins et contre toutes les médications. C’est un peu bizarre quand on parle de ça dans les soignants, mais cela existe", explique Jean-Marie Boulanger, le Directeur-adjoint du Département des soins infirmiers.

Du côté syndical, la CSC demande que le comité de concertation qui se tiendra vendredi "ne prenne pas de décision concernant l’obligation de vaccination" et qu’il attende les avis des partenaires sociaux, attendu pour le mois de septembre au plus tard.

Pour la CSC, dans le débat sur la vaccination obligatoire, "le personnel de santé ne doit pas être présenté comme une sorte d’épouvantail". Il faut, selon la CSC répondre aux questions sur l’opportunité de la vaccination, sur le moment et la manière de cette vaccination, sur les fonctions ou les secteurs concernés et sur les conséquences en matière de droit du travail pour les personnes qui ne seraient pas vaccinées, notamment.

Relancer le débat sur l’obligation vaccinale dans d’autres professions ?

Certains se demandent si la question de l’obligation vaccinale ne devrait pas être étendue à d’autres secteurs que le médical. "On doit porter un regard sur toutes les collectivités", estime Alda Dalla Valle, la vice-présidente de la Fédération nationale des infirmiers de Belgique. Selon elle, il faudrait aussi se poser la question de la vaccination chez les enseignants, les pompiers, les policiers, les militaires.

Vaccination du personnel hospitalier : obligatoire ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous