RTBFPasser au contenu

Chroniques Culture

Le saviez-vous : Pétain et De Gaulle s’étaient bien connus

Le commandant des Forces françaises libres (FFL), Charles de Gaulle, décorant 6 officiers français à Londres, le 11 novembre 1941.

C’est resté en mémoire : l’un incarne la honte de l’été 1940, l’autre, au contraire, le libérateur de la France. Pourtant, Philippe Pétain et Charles De Gaulle se sont bien connus et ont même éprouvé un réel respect l’un pour l’autre.

Retour sur l’histoire d’une relation que Pierre Servent, journaliste et spécialiste des questions de défense, appelle le "drame shakespearien" : "Une stratégie pleine de bruit et de fureur, dans laquelle un jeune prince ambitieux s’oppose à un vieux roi sans héritier" (Source : "De Gaulle et Pétain", les faits miroirs dans Libération).

Première rencontre

Photo non-datée du capitaine Charles de Gaulle pendant la Première Guerre Mondiale.

Les deux hommes, que l’âge et le milieu distinguent déjà, se rencontrent en 1912. Âgé de 56 ans, Philippe Pétain commande le 33e Régiment d’Arras à deux ans de sa retraite.

Il accueille dans ses rangs un certain Charles de Gaulle, fraîchement sorti de Saint-Cyr, l’Ecole spéciale militaire.

À cette époque, déjà, les deux hommes ne partagent pas la même stratégie militaire : pendant que Pétain défend l’importance de l’artillerie et se dresse contre les offensives meurtrières de l’infanterie, De Gaulle, lui, partage la doctrine militaire des stratèges officiels, "l’offensive à outrance".

Cependant, cette première pomme de discorde n’empêche pas une admiration réciproque : Pétain saisit rapidement les grandes qualités intellectuelles et de chef de De Gaulle, tandis que ce dernier admire celui qui deviendra, au sortir de la Grande Guerre, le sauveur de Verdun.

Le cheval et son poulain

Dans les années 20, le héros des Poilus souhaite écrire un livre pour entrer à l’Académie. De Gaulle devient alors la plume, voire le dauphin de Pétain, dont il bénéficie de l’entier soutien.

Les années 30 marquent le début de l’émancipation du futur Général vis-à-vis de son mentor. Face au danger nazi grandissant, les deux hommes tombent en désaccord sur la manière de préparer l’armée française à la guerre.

En publiant "Vers l’armée de métier" (1934), le futur chef de la résistance française intensifie la rupture avec celui qui l’avait pourtant épaulé dans sa carrière.

24 octobre 1940, la poignée de main entre Pétain et Hitler

Loading...

La montée des tensions

L’un issu de la petite noblesse citadine, l’autre d’un milieu conservateur, Pétain et De Gaulle inversent leur rôle à l’aube de la guerre.

Devenu ministre de la Guerre au Cabinet de Doumergue, Pétain commence à fréquenter des personnalités antirépublicaines comme Pierre Laval. Lorsqu’il accède au pouvoir en juin 1940, à l’âge de 84 ans, le maréchal se définit comme un recours providentiel.

Le lendemain de l’appel du 17 juin 1940 – appelant les Français à cesser le combat – De Gaulle diffuse à son tour un message radio depuis Londres, sur les ondes de la BBC, invitant ses compatriotes "à s’unir dans l’action pour libérer la France". Plus de doute possible, le chef de la résistance refuse catégoriquement la politique de compromis de son ex-mentor. C’est durant cette période également que De Gaulle affirme "Pétain est un grand homme, mort en 1925. Le drame, c’est qu’il ne l’a pas su" (Source : Le Télégramme).

 

Si ces destins étrangement parallèles se séparent au moment décisif, il n’en restera pas moins un respect mutuel, même après la guerre. L’ancien secrétaire général de l’Élysée sous Jacques Chirac et auteur de "De Gaulle-Pétain", Frédéric Salat-Baroux, rappelle dans cet article des Echos que le Général avait plaidé pour adoucir les conditions de détention du maréchal sur l’île d’Yeu. Même si ce dernier s’était "terriblement trompé", il n’en avait pas moins "porté à certains moments la gloire de la France". Le maréchal, quant à lui, avait confié à son geôlier "De Gaulle arrivera à la présidence de la République".

Sur le même sujet

02 mai 2022 à 16:12
3 min
21 oct. 2021 à 08:21
2 min

Articles recommandés pour vous