RTBFPasser au contenu

Chroniques Culture

Le saviez-vous : Mozart et Salieri n'étaient pas des ennemis jurés

Mozart et Salieri dans le film "Amadeus" de Miloš Forman et Peter Shaffer (1984)
08 janv. 2022 à 08:002 min
Par Romane Carmon

On le comprend dès les premières minutes d'"Amadeus", signé par Miloš Forman et Peter Shaffer : les mélodies de Mozart ont traversé les siècles, pendant que celles de Salieri sont tombées dans l’oubli.

Si le biopic raconte la frustration qui fut celle de Salieri de côtoyer un tel virtuose, tournons-nous vers la vérité historique : Mozart était-il réellement l’ennemi juré de Salieri ?

Une découverte récente

En janvier 2016, le compositeur et musicologue allemand, Timo Jouko Herrmann, fait une découverte des plus étonnantes depuis le Musée National de la Ville de Prague : revenu d’entre les morts, la partition "Per la ricuperata Salute di Ofelia", une cantate solo pour soprano et pianoforte composée en 1785. À l’origine de cette œuvre, 3 paires de mains : Cornetti, Wolfgang Amadeus Mozart et… Antonio Salieri.

On la pensait perdue, voire inventée de toutes pièces car absente du catalogue que Mozart avait lui-même commencé à créer dès 1784. Et pourtant, cette composition de 36 mesures nous en dit plus sur la relation entre les deux artistes.

Destinée à annoncer la prochaine création de Salieri ("La grotta di Trofonio", 1785), cette composition laisse donc à penser que Mozart ne se serait refusé d’épauler son contemporain.

Une admiration mutuelle

Portrait de Wolfgang Amadeus Mozart peint par Barbara Krafft en 1819.

Prononcée dans un excès de folie, une déclaration de Salieri a en plus lancé la rumeur selon laquelle il aurait assassiné Mozart. Bien qu’il ne repose sur aucune preuve, ce meurtre n’a cessé, après avoir été repris dans une pièce de Pouchkine, de faire couler de l’encre.

Dans son ouvrage "The Bleeding of Mozart" (2011), Lucien Karhausen explique que, à côté de la fièvre miliaire (cause officielle), 140 autres pourraient expliquer la disparition du Maître en décembre 1791.

Bien que liés par une forme de rivalité, Mozart et Salieri se sont forcément estimés l’un l’autre, sans pour autant basculer vers la haine.

Le musicologue et metteur en scène Ivan A. Alexandre précise, dans cet article de France Culture :"sinon, Mozart n’aurait pas pompé une large partie de La Grotta [di Trofonio de Salieri] dans son Don Giovanni. Et Salieri n’aurait pas repris Les Noces de Figaro en 1788. "

Extrait de "Amadeus" (Miloš Forman et Peter Shaffer, 1984)

Loading...

Salieri, coincé dans le purgatoire ?

Portrait de Antonio Salieri par Joseph Willibrord Mähler (1825).

Incarné par F. Murray Abraham comme un vieillard rongé par la haine et la culpabilité, Salieri sera-t-il un jour réhabilité ? On oublie celui qui, malgré son classicisme, avait formé Beethoven, Schubert et Liszt.

Aujourd'hui, certains chefs d’orchestre, comme Christophe Rousset, se sont lancés à la redécouverte du compositeur italien : "Salieri sait s’adapter pour des publics différents à Milan, Vienne, Paris. Et il invente constamment, loin du compositeur médiocre et ­jaloux que l’on a faussement décrit" (Source : "Salieri, le retour en grâce du rival oublié de Mozart" dans Le Figaro). Sur le site de Musiq3 également, on a tenté de réconcilier les 2 compositeurs par leurs concertos au piano.

Articles recommandés pour vous