RTBFPasser au contenu

Belgique

Le Roi, cet acteur important dans la formation d'un gouvernement, vraiment ?

Le Roi, cet acteur important dans la formation d'un gouvernement, vraiment?
24 sept. 2020 à 09:40 - mise à jour 24 sept. 2020 à 14:032 min
Par Marc Sirlereau

A priori, le Roi, en Belgique, n'a quasiment aucun pouvoir sur le plan politique. Il ne peut pas inciter un gouvernement à prendre telle ou telle mesure, ni intervenir d'une manière ou l'autre dans les choix gouvernementaux. Le Roi ne peut pas non plus prononcer un discours à caractère politique sans être couvert par un ministre. Cela signifie que le gouvernement est au courant et a approuvé ce que le Souverain va dire. Et pourtant. 

Pour la formation du gouvernement fédéral, c'est différent

En la matière, le Roi dispose d'une marge de manoeuvre, il joue un rôle. Mais uniquement pour la formation d'un gouvernement fédéral. Au niveau des régions et des communautés, tout se passe sans passer par la case royale. Sauf la prestation de serment des ministres-présidents.

Depuis les élections, les choix du Palais ont quelques fois surpris

En seize mois, le Roi a en effet parfois étonné et pris ses responsabilités. Mais ses choix sont presque toujours susurrés par un ou des partis et par le contexte du moment. Hier, notamment, le duo De Croo-Magnette est désigné comme formateurs alors que le président du MR n'en voulait pas. Georges-Louis Bouchez ne souhaitant pas voir Paul Magnette accéder à cette fonction.

Autre exemple, en décembre 2019, le choix du Roi surprend aussi. Il désigne alors informateurs Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens qui viennent seulement de devenir présidents de leur parti respectif et qui ne se connaissent pas du tout.

La désignation de Koen Geens

C'est sans doute le choix du Roi qui a le plus étonné. En janvier dernier, contre toute attente, il confie une nouvelle mission à Koen Geens, le ministre CD&V de la Justice. Dans son parti, apparement, personne n'était au courant, pas même le président Joachim Coens, qui était pourtant toujours en charge d'une mission d'informateur. Et, au même moment, Bart De Wever se disait prêt, pas toujours avec finesse sur une photo, à assurer une mission royale et à prendre l'initiative.

Albert II avait aussi joué un rôle important en 2011

Le 6 décembre 2011, le gouvernement Di Rupo est formé. 541 jours après la démission du gouvernement Leterme en avril 2010.
Le 6 décembre 2011, le gouvernement Di Rupo est formé. 541 jours après la démission du gouvernement Leterme en avril 2010. ERIC LALMAND - BELGA

Nous sommes le 21 juillet 2011. Le pays n'a pas de gouvernement. Les négociations n'avancent pas. Dans son allocution à l'occasion de la Fête nationale, le Roi tape alors du poing sur la table et ne ménage pas le monde politique qu'il rend responsable de l'impasse politique du moment. " Je le fais fortement et avec conviction. Comme un grand nombre de Belges, je suis affligé par la plus longue durée de mémoire d'hommes de formation d'un gouvernement. Elle suscite de l'inquiétude et de l'incompréhension vis-à-vis du monde politique qui n'apporte pas de solution au problème. Cela risque de développer une forme de poujadisme qui est dangereuse et néfaste à la démocratie".

Le 6 décembre 2011, le gouvernement Di Rupo est formé. 541 jours après la démission du gouvernement Leterme en avril 2010.

Extrait du discours du Roi Philippe à l'occasion de la présentation de ses voeux: sujet du JT du 30/01/2020

Roi Philippe : le moment est venu d'installer un gouvernement

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous