EuranetPlus

Le Roi Abdallah au PE: "La victoire contre Daech dépend de notre unité"

Le roi Abdallah de Jordanie et le président du Parlement européen Martin Schulz

© DOSSMANN Marc

Devant les députés européens réunis à Strasbourg, le roi Abdallah de Jordanie a dénoncé l'exploitation de la religion par un groupe qui ne respecte pas les valeurs de l'islam : "Nous, et les autres pays arabes et musulmans, nous défendons non seulement notre peuple, mais aussi notre foi. Cette lutte doit être menée par les nations musulmanes d'abord et avant tout. C'est un combat à l'intérieur de l'Islam. Et en même temps, le danger de l'extrémisme doit être vu pour ce qu'il est: mondial".

Le roi Abdallah a aussi évoqué l’exécution du jeune pilote jordanien début février. Le jeune sous-lieutenant de 26 ans, Maaz al-Kassasbeh, avait été capturé par le groupe terroriste EI fin décembre dernier : "Le meurtre sauvage par Daech du pilote jordanien a provoqué la colère de tous les Jordaniens et a horrifié le monde. La réponse de la Jordanie a été rapide, sérieuse et déterminée. Et notre combat continuera".

Notre victoire dépend à présent de notre unité

Le souverain de Jordanie a également fait un parallèle entre le groupe terroriste EI et l'idéologie nazie qui a mené l'Europe à la Guerre : "Aujourd'hui, nous menons une guerre similaire. Une guerre contre une idéologie expansionniste qui se nourrit de haine, qui commet des meurtres au nom de Dieu et de la religion pour justifier des actions mauvaises qu'aucune religion ne peut accepter. Une guerre contre des terroristes qui insultent les valeurs de l'islam et de l'humanité. Notre victoire dépend à présent de notre unité".

Mais le roi Abdallah a aussi pointé du doigt les responsabilités occidentales dans l'émergence des djihadistes. Il a appelé d'une part à endiguer la montée de l'islamophobie, qui sert les intérêts des extrémistes, mais il a surtout pointé l'absence de solution à la situation des Palestiniens. Cet échec alimente également les frustrations dans la région, et dans son pays : "Permettez-moi de décrire la situation telle qu'elle est : plus de construction de colonies israéliennes, moins de respect pour les Palestiniens occupés. Cet échec envoie un message dangereux. Il érode la confiance dans la loi et dans la communauté internationale. Il ébranle un pilier de la paix mondiale : le fait que les conflits doivent être résolus par des moyens politiques, pas par la force, pas par la violence. Cela a offert aux extrémistes un puissant cri de ralliement. Ils exploitent les injustices et ce conflit persistant pour bâtir une légitimité et recruter des combattants étrangers à travers l'Europe et le monde".

Il faut savoir que la Jordanie accueille plus de deux millions de réfugiés palestiniens et qu'en plus de ces derniers, présents de longue date, la Jordanie accueille désormais aussi 1,4 millions de personnes fuyant la guerre en Syrie. "Proportionnellement, c'est comme si la France accueillait toute la population de Belgique", a ajouté le roi Abdallah devant les eurodéputés.

RTBF