Regions

Le Roeulx : le parc animalier La Ligule pourra-t-il obtenir l’agrément "parc zoologique" ?

Cinq espèces posent problème si les propriétaires du parc animalier La Ligule ouvrent leurs portes au public.

© L.W.

Le parc animalier La Ligule à Mignault est remonté contre le SPW bien-être animal. Deux agents du bien-être animal ont remis un avis négatif quant à l’octroi d’un agrément "parc zoologique".

Dans les enclos du parc animalier La Ligule à Mignault, on retrouve certains locataires traditionnels de la ferme tels que des cochons, des poules, des moutons… Mais aussi, des autruches, des buffles, des yacks, des wallabies ou encore des cerfs.

Pour détenir ces cinq dernières espèces citées, un arrêté royal de 2018 demande d’avoir un agrément "parc zoologique". Ce que ne savaient pas les propriétaires, Benoit et Charlotte Vandenberghe.

"En mai dernier, nous recevons un courrier du SPW mentionnant que notre petit parc animalier n’est pas réglementaire et que nous devons faire le nécessaire en vue d’obtenir un agrément 'parc zoologique' et ce, malgré notre statut agricole et notre reconnaissance 'attraction touristique de Wallonie'".

Le couple entame des démarches administratives, présentées comme une formalité. Deux agents du SPW bien-être animal leur rendent visite. Tout se passe relativement bien. "Ils sont flexibles à nos arguments. Ils se rendent bien compte que les normes ne peuvent s’appliquer à chaque réalité de terrain".

Une dérogation demandée

C’est la surprise quand le rapport de contrôle tombe. "Nous nous faisons littéralement descendre par ces deux fonctionnaires du SPW bien-être animal ! Ceux-ci sont allés jusqu’à émettre des doutes sur notre capacité à nous occuper correctement de nos animaux. Ce ne sont pas des espèces sauvages, mais domestiques avec presque toutes un usage agricole".

Un point est notamment discuté : laisser les bêtes dehors, même en hiver. C’est un non-sens pour Benoît Vandenberghe.

"On rentre nos animaux une partie de l’année. Nous avons des sols argileux, donc les laisser toute l’année à l’extérieur, ils vont nager dans un champ de boue. C’est contraire, pour nous, au bien-être des animaux. Ça peut provoquer des problèmes avec des parasites. Ce n’est pas bon pour l’équilibre biologique non plus".

Les gérants ont réagi. D’abord en envoyant une lettre à Céline Tellier, la Ministre du bien-être animal. S’ils ne reçoivent aucune réponse d’ici fin décembre, ils devront penser à se séparer de certaines espèces. Ensuite, une pétition en ligne a déjà été lancée et récoltée plus de 900 signatures.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous