RTBFPasser au contenu

Economie

Le rire au boulot, un enjeu économique plus important qu'il n'y paraît

Le rire au boulot, un enjeu économique plus important qu'il n'y paraît
01 avr. 2016 à 07:54 - mise à jour 01 avr. 2016 à 07:542 min
Par Michel Gassee

Selon une enquête réalisée à la demande de la firme de travail temporaire Tempo Team, 84% des salariés estiment que l'humour au travail est important. Et la moitié d'entre eux regrette de ne pas rigoler suffisamment au boulot. Peut-être parce qu'avec la crise économique, la pression est plus forte sur les travailleurs. En tout cas, pas mal de salariés disent qu'ils s'amusent moins qu'avant au travail.

Un peu d'humour pour désamorcer les conflits

A priori, bien sûr, on ne va pas au travail pour rigoler mais... pour travailler. C’est une évidence mais voilà, le Belge travaille en moyenne 1600 heures par an. Alors 1600 heures sans rire, c’est impensable et surtout, ce serait contre-productif ! Car un peu d'humour permet par exemple de désamorcer les conflits, c'est en tout cas bon pour l'atmosphère dans l'entreprise et donc, pour la productivité.

"L’humour a vraiment sa place sur les lieux de travail, estime Valérie Denis, la porte-parole de Tempo Team, parce qu'une bonne vanne permet de relâcher la pression, de mieux communiquer, de doper la créativité et donc, on travaille mieux, plus efficacement quand on rigole plus. Et d’ailleurs, si on replace l’humour dans le cadre plus vaste du bien-être au travail, on constate que de plus en plus de chefs d’entreprise commencent à prendre conscience que l’humour au travail, oui, c’est important, notamment pour relâcher cette pression. Mais en même temps, notre enquête montre aussi qu’un employeur sur quatre considère encore que les petites blagues au boulot, c’est une perte de temps. "

Des balises à respecter

Ce qui signifie tout de même que pour la grande majorité des chefs d'entreprises, l'humour n'est pas nécessairement une perte de temps au travail. A tester dans votre entreprise, sachant tout de même qu'un quart des employeurs se sentent obligés de rire aux vannes de leur personnel pour ne pas plomber l'ambiance et qu’un tiers de travailleurs se sentent obligés de rire aux blagues de leur supérieurs. Pour leur faire plaisir...

Pour le reste, il y a des balises à respecter qui ne sont pas les mêmes que dans la vie privée. A oublier, l'humour noir, l’ironie mordante, les sarcasmes, qui peuvent rapidement instaurer une ambiance pesante et donc contre-productive. L'humour doit être bienveillant.

Attention aussi aux blagues sexistes, dénigrantes ou racistes, la frontière avec les lois réprimant le racisme et la xénophobie ou le harcèlement – qu’il soit moral ou sexuel – est franchie bien plus rapidement que ne le pensent ceux qui s'aventurent sur ce terrain.

Articles recommandés pour vous