Icône représentant un article audio.

Carnets d'opéra

Le Ring de Wagner à Bayreuth : Quel dragueur, ce Siegfried !

Carnets d'opéra

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

16 août 2022 à 06:44 - mise à jour 11 nov. 2022 à 09:14Temps de lecture1 min
Par Nicolas Blanmont

Durant l'été 2022, Nicolas Blanmont vous proposait ses Carnets d’Opéra émis depuis les plus prestigieuses maisons d’opéra européennes. Nous le retrouvons à Bayreuth qui, cette année, présente une nouvelle version du célèbre Ring de Wagner. Une version à écouter sur Musiq3 ce vendredi 11 novembre 2022 à 20h. 

Siegfried est le troisième épisode de la nouvelle Tétralogie de Bayreuth : on est maintenant habitué aux anecdotes et détournements dont Valentin Schwarz truffe sa mise en scène. Ici, le jeune héros ne forge pas lui-même Notung, mais l’achète toute faite (et cachée dans une béquille de Mime) dans le commerce. Il ne l’utilise d’ailleurs pas non plus pour tuer Fafner : il se contente de le faire trébucher alors qu’il essaie de faire quelques pas sur son déambulateur, à peine sorti de son lit médicalisé. Sans même attendre d’avoir rencontré Brünnhilde au troisième acte, le très éveillé Siegfried en profitera pour draguer l’infirmière personnelle du dragon. Qui n’est autre, on l’aura deviné (?) que l’Oiseau de la forêt. Du coup, au troisième acte, il lui suffira d’enlever quelques bandelettes du visage de Brünnhilde (toujours enveloppée vingt ans après son passage dans la clinique de chirurgie esthétique) pour se rendre compte qu’elle n’est pas un homme !

On l’aura compris : scéniquement, cette production ne fera pas l’unanimité, sinon contre elle. Musicalement par contre, Cornelius Meister gagne en assurance au fil des soirées : son début de 3e acte est brillant, même si les passages plus diaphanes le montrent moins inspiré. Passé de Wotan au Wanderer, Tomas Konieczny reste une valeur sûre de cette Tétralogie, rejoint par l’excellent Siegfried d’Andreas Schager et par une nouvelle Brünnhilde (Daniela Köhler), meilleure que celle qui l’avait précédé dans La Walkyrie.

Sur le même sujet

Siegfried tué dans sa piscine : une fin de Ring à Bayreuth, la mise en scène sifflée par le public et les chanteurs applaudis

Carnets d'opéra

À Bayreuth, après un très décevant Or du Rhin, une Walkyrie enthousiasmante

Carnets d'opéra

Articles recommandés pour vous