Belgique

Le réseau mobile Astrid accompagne les secours pendant les interventions

Astrid lance un abonnement de données mobiles avec 14 opérateurs
29 avr. 2014 à 14:11 - mise à jour 30 avr. 2014 à 14:36Temps de lecture1 min
Par Belga News

La technologie du réseau radio Astrid a principalement été développée pour la communication vocale et pour les applications data légères. Blue Light Mobile permet aux services de secours et de sécurité d'utiliser les réseaux 3G commerciaux.

Les utilisateurs d'Astrid ont priorité sur les autres utilisateurs afin de garantir la liaison même en cas de trafic data intense. Des garanties supplémentaires ont été ajoutées en terme de sécurisation des données du réseau. Cette offre ne s'adresse pas aux particuliers ni aux entreprises, mais uniquement aux services de secours. Une seule carte SIM donne accès aux trois opérateurs belges et à onze opérateurs dans les quatre pays frontaliers. Une première mondiale qui intéresse déjà les équivalents européens d'Astrid.

"Pour les agents sur le terrain, la disponibilité des informations est une valeur ajoutée. Dans le cadre d'un plan catastrophe, la rapidité est cruciale. En leur assurant un accès aux bases de données, on peut consulter le dossier d'un patient alors que l'on se trouve encore dans l'ambulance. S'il s'agit d'un incendie, on peut envoie une vidéo ce qui permet de mieux saisir l'ampleur de l'incident", rapporte Frederik Langhendries, porte-parole chez Astrid.

Des recherches directement sur le terrain

Au cours des derniers mois, Blue Light Mobile a été testé dans une dizaine de services de police et d'incendie, à commencer par la zone de police Haute Senne.

"Avec Blue Light Mobile, nos moyens de communication vont sur les lieux de l'intervention", a expliqué Xavier Legrand, responsable informatique pour la zone de police Haute Senne.

"Il accélère le travail. Vous n'avez plus besoin de passer un coup de fil au dispatching, mais vous pouvez directement faire des recherches dans la base de données depuis le terrain. Cela évite bien des malentendus. Que le policier soit à pied ou en voiture, il dispose d'un véritable bureau mobile."

François Jacques, avec Belga

Sur le même sujet

Une soixantaine de pompiers manifestent dans les rues de Bruxelles

Regions

USA: la Cour suprême débat du droit de la police à fouiller les portables