Le recyclage des métaux, c'est la métallurgie de demain

Le recyclage des métaux, c'est la métallurgie de demain

© © Tous droits réservés

21 nov. 2016 à 16:51 - mise à jour 21 nov. 2016 à 16:51Temps de lecture2 min
Par Hugues Angot

Emballage de médicaments, paquets de chips ou encore barquette de pizza, tout ceci contient de l'aluminium mais rien ou presque n'est revalorisé. Le centre de recherche métallurgie développe actuellement une technique qui permettrait de récupérer cette matière première. La technique devrait s'avérer bien utile d'autant que l'aluminium vaut près de 1500 euros la tonne et qu'on en jette beaucoup. "C'est  effectivement un beau gâchis "commente le directeur général du centre de recherche métallurgique.  "Chaque année, le wallon jette 10 kilos d'aluminium dans ces poubelles: ça nous fait 30.000 tonnes perdues chaque année. Cette filière représente donc un beau défi et il y a bcp d'autres filières qui sont en préparation et en test."

 

Le tri augmente la valeur

Une autre technique est en développement à l'université de Liège, pour trier cette fois les déchets métalliques. Actuellement, on mélange encore le zinc, l'aluminium, le laiton ou les circuits intégrés.

"Non trié, ces métaux valent 1000 euros la  tonne. Par contre, une fois trié, on augmente la valeur de 300 à 400 euros la tonne et si on arrive en plus à trier les alliages d'aluminium et d'inox, on peut même doubler le prix de la matière première" explique David Bastin, chercheur à l'ULG.

 "Mais le tri manuel n'est pas rentable chez nous. Et pour éviter d'envoyer ces déchets en Asie ou en Afrique pour être triée, nous avons conçu un robot qui permet ce tri. "

La phase industrielle du projet sera lancée l'année prochaine chez Comet traitement. L'entreprise basé dans le Hainaut devrait alors traiter 20.000 tonnes de ces déchets par an, près d'un milliard de pièce métallique.

Pierre-François Bareel, manger en recherche et développement chez Comet traitement parle d'une métallurgie qui renaît.

"Aujourd'hui, on voit toute une série de procédés qui se concrétisent. Le robot de tri ou encore la pyrométallurgie ou l'hydrométallurgie aboutissent également. Donc on peut dire que les techniques utilisés pour les minerais à l'époque peuvent s'appliquer maintenant pour le minerai de demain, c'est à dire la mine de surface, en clair le déchet."

La région wallonne soutient depuis près de 2 ans cette filière de recyclage des métaux. A terme, 65 millions d'euros y seront consacré.

 

Articles recommandés pour vous