Le réacteur numéro 2 de la centrale de Chooz à l'arrêt à cause d'une anomalie au niveau du combustible

Le réacteur numéro 2 de Chooz devrait rester à l'arrêt au moins jusqu'au 31 août prochain

© AFP or licensors

23 juin 2021 à 05:46Temps de lecture1 min
Par François Louis

Le problème a été détecté lors d'une opération de rechargement du combustible. Certains crayons, des tubes de 4 mètres de long, enfermant les pastilles d'uranium enrichi portent des traces blanchâtres, attribuées à de la corrosion.

Selon un représentant syndical de la Centrale de Chooz, "on a effectivement retrouvé des traces d'oxyde de zirconium sur certaines gaines, mais les mesures d'épaisseur montrent que la structure du métal n'est pas atteinte."

Il n'y aurait donc pas eu de fuite et d'augmentation de la radioactivité dans le circuit primaire du réacteur. Donc, pas de danger pour le personnel ni a fortiori pour l'environnement extérieur.

"Les niveaux de radioactivité mesurés dans le circuit primaire sont restés en dessous des normes", confirme la porte-parole de l'Autorité de sûreté nucléaire française (ASN). Le problème n'est donc pas considéré par l'ASN comme un "incident nucléaire" mais comme un simple "aléa d'exploitation".

Deux tubes de combustible se brisent durant l'expertise

Dans une interview donnée au Figaro le week-end passé à propos d'une avarie comparable dans une centrale chinoise, le directeur adjoint de l'ASN évoque un phénomène rare mais connu dans l'industrie nucléaire : "Nous observons ce type de problème sur quelques crayons chaque année", explique Julien Collet, sachant que l'ensemble du parc des 56 réacteurs français contient environ 2,8 millions crayons d'uranium.

Un deuxième événement, toutefois, s'est produit durant l'opération d'expertise des tubes endommagés : deux crayons de combustible se sont rompus, sans entraîner, toujours selon EDF, une augmentation de la radioactivité ni à l'intérieur ni à l'extérieur de la centrale.

Il reste que l'arrêt du réacteur pour rechargement, qui ne devait en principe durer qu'un mois, a été prolongé jusqu'31 août. Et que le propriétaire de la centrale, EDF, doit attendre la fin de l'enquête et le feu vert de l'ASN avant de rallumer le réacteur.

Archive JT : les riverains de la centrale nucléaire de Chooz sont inquiets dans notre JT de mars 2011 (Sonuma)

Sur le même sujet

Chooz : l'un des réacteurs de la centrale nucléaire redémarre après six mois d'arrêt

Monde

Articles recommandés pour vous