Cyclisme

Le premier dossard de Sébastien Grignard dans son jardin au Samyn

Sébastien Grignard au départ du Samyn, sa première course professionnelle

© Tous droits réservés

"J’ai passé une bonne nuit. Je n’étais pas trop stressé. Maintenant, j’ai hâte de rouler et de commencer enfin les courses".

Il cache difficilement son impatience, mais Sébastien Grignard est serein à l’heure de donner ses premiers coups de pédale dans le peloton professionnel. Une force tranquille. Un garçon calme et posé. Un coureur qui adore les pavés. Un chronoman aussi. Ancien champion de Belgique en ligne et contre-la-montre en junior, Sébastien Grignard fait le saut dans la cour des grands. C’est l’aboutissement de plusieurs années de travail.

"C’est maintenant que ça commence vraiment" explique le néo-pro. "Au final, c’est pour faire des courses qu’on est professionnel. C’est ma première course avec Lotto-Soudal et donc, c’est ma première course en tant que pro".

Originaire de Ghlin, le coureur de 21 ans débute sa carrière dans son jardin. Premier départ au Grand Prix Samyn. C’est un nouveau Wallon au sein du cyclisme professionnel.

On doit encore le découvrir et il doit encore se découvrir lui-même

"Je crois qu’on doit encore le découvrir et qu’il doit encore se découvrir lui-même" analyse Maxime Monfort, son directeur sportif chez Lotto-Soudal. "Il est amoureux des courses comme le Samyn. Des courses flandriennes en général avec des pavés, du vent et des conditions compliquées. C’est vraiment ce qui le fait rêver".

Il aurait dû débuter en février à l’Etoile de Bessèges, mais une blessure au genou et l’annulation de plusieurs épreuves ont modifié le calendrier. Le Montois fait donc ses grands débuts sur ses routes d’entraînement.

Je venais à vélo avec un ami voir l'arrivée à Dour

"C’est ici que je venais voir mes premières courses" se souvient Sébastien Grignard. "Je me rappelle que je venais à vélo avec un ami du village voir l’arrivée à Dour. C’est vrai que ça a une saveur particulière".

"C’est un grand jour pour la famille !" ajoute avec émotion son papa, Sixte Grignard.  "Pour en arriver là, c’est beaucoup de travail, beaucoup de sacrifices pour un jeune. Et je tiens à remercier aussi mon épouse et mes 3 autres enfants parce que j’ai 4 enfants. Avec ses frères et sa sœur, on a essayé de se partager. Il y a eu beaucoup de temps consacré à Sebastien mais ici, c’est vraiment l’apothéose. C’est vraiment chouette".

Le Samyn, c’est 200 bornes dans le Borinage. Une course particulière sur leurs terres. Un moment vécu en famille. Le fiston est dans la course et le papa dans les coulisses. Sixte Grignard assure la production de l’épreuve pour la RTBF. Il veille au bon déroulement du direct tout en gardant un œil sur la course de son fils. Le papa est sur la ligne d’arrivée. La maman et la grande soeur se trouvent dans un secteur pavé du circuit local. Pendant ce temps, Sébastien Grignard fait le job ! Il joue le rôle de poisson-pilote pour son leader, John Degenkolb.

Dans les dernières boucles, la course s’emballe. Le peloton explose. Sébastien Grignard est distancé à un tour de l’arrivée.

Je n'avais plus rien dans les jambes

"C’était une course très intense" conclut Sébastien Grignard, 4ème de Paris-Roubaix junior. "Ça ne s’est jamais arrêté. Ça roulait très fort sur les pavés. Il fallait se battre chaque seconde pour garder sa place. Après 160 km, c’est parfois un peu compliqué. Surtout quand c’est son 1er jour de course.  Je n’avais plus rien dans les jambes. C’est un bon apprentissage. Il va encore falloir quelques courses. Je pense qu’on n’a jamais tout appris. Donc, on va continuer comme ça".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous