Les secrets du métier

Le Préhistomuséum nous ouvre les portes de son centre de recherche et de conservation

Joëlle Scoriels et Fernand Collin

© Tchic Tchac

12 sept. 2022 à 11:26Temps de lecture2 min
Par Charline Halleux

Au programme de cette nouvelle capsule "Les secrets du métier", focus sur le métier de gestionnaire de réserve muséale. Et pour cela, c’est dans un des 73 musées de la Fédération Wallonie Bruxelles que Joëlle a rendez-vous : le Préhistomuseum de Flémalle ! Attachez vos ceintures, c’est parti pour un magnifique voyage dans le temps avec Fernand Collin !

Fernand est le directeur du Préhistomuséum mais il est avant tout passionné d’histoire et plus spécifiquement de préhistoire. Archéologue de formation, c’est lui qui va nous ouvrir les portes de ce musée médiateur. Pour commencer la visite, direction le CCED. Vous vous direz certainement "mais que signifie cette expression ?", il s’agit d’un Centre de Conservation et de Documentation dont le but est d’assurer la meilleure conservation du matériel et d’en permettre l’étude et la restauration dans les meilleures conditions possibles.

Selon le directeur, "c’est un métier passionnant car on est chargé de conserver les collections afin de les rendre utile pour les générations futures […] ; utile aux chercheurs du monde entier qui essaient d’en savoir plus sur la préhistoire grâce aux découvertes qui se font tous les jours dans le domaine ; utile aussi à l’exposition".

Avant d’arriver dans le CCED, les pièces passent dans différentes salles comme dans la salle de constat d’état. "C’est un peu comme la salle de dispatching. Les collections arrivent ici où on va les orienter vers des traitements particuliers comme le lavage, le dépoussiérage, jusqu’à l’inventaire et le stockage", explique Fernand Collin. Selon ce dernier, dans un musée il y a toujours trois temps : la conservation, la monstration, l’expérience. Et l’expérience justement est au cœur du Préhistomuséum afin de séduire tous les publics, du plus jeune au plus grand spécialiste.

Dans ce musée qui ne compte pas moins de 1.300.000 objets venant des périodes historique et préhistorique, on compte aussi sur la FWB. "C’est elle qui permet de structurer le projet muséal, […] et d’autre part elle donne aussi des subsides récurrents", conclut fièrement le directeur.

Envie d’en savoir plus ? Les capsules "Les secrets du métier" sont diffusées les dimanches à 20h08 sur La RTBF et disponibles à tout moment sur Auvio.

Les secrets du métier

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Focus sur le métier d’artiste plasticienne avec Aline Bouvy

Les secrets du métier

La vie de chercheuse au Jardin botanique de Meise, aux portes de Bruxelles

Les secrets du métier

Articles recommandés pour vous